Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Association les Vaîtes

Besançon rimerait-il désormais avec désinformation ?

Le 17 mai, JL Fousseret a organisé une inauguration très consensuelle de la maison du projet des Vaîtes... Il a annoncé encore et encore 1150 logements aux Vaîtes ! Pourtant, comme il est écrit sur le nom de cette maison du projet, les Vaîtes ne sont qu'un projet... ! Un projet devenu de plus en plus vague et hypothétique avec la loi de finances pour 2018, votée par l'Assemblée Nationale, le 21 décembre 2017, qui a supprimé les avantages fiscaux de la loi Pinel pour les futurs logements réalisés en zone B2. Les seuls logements qui pourront bénéficier des avantages fiscaux de la Loi Pinel à Besançon seront ceux pour lesquels un permis de construire a été délivré avant le 31 décembre 2017 et qui seront vendus avant le 31/12/2018. La carotte fiscale est un élément déterminant pour doper le marché de l'immobilier dans une ville dont l'activité économique n'attire plus et dont la population est stable ou décroissante depuis des décennies. Les principaux employeurs de Besançon sont des administrations ; ce moteur est en train de se déplacer vers la nouvelle capitale régionale, Dijon, qui attire sans vergogne les directions administratives en ne laissant qu'une portion congrue à Besançon.  

Sans moteur économique, en perdant son moteur fiscal, en ne pouvant ralentir l'hémorragie des emplois administratifs, les projets de constructions à Besançon sont, en l'état, bien compromis.

Le projet des Vaîtes, un projet hypothétique au point que 2 promoteurs sur les 3 qui devaient participer à la 1ère tranche de travaux portant sur 100 à 150 logements ont déclaré forfait et ont renoncé. Si construire 100 à 150 logements s'avère si hasardeux, persister à annoncer 1150 logements fait penser à la propagande soviétique ! 

JL Fousseret a ensuite annoncé que "le temps des contentieux est terminé" !  Faux ! Flagrant délit de mensonges et désinformation ! Répéter des mensonges jusqu'à ce qu'ils deviennent vérité par la force de la répétition.

Savez-vous que ces méthodes se doublent d'interventions d'agents municipaux ou de Territoire 25 auprès de personnes proches de la dernière protagoniste menant actuellement une action en justice ? Elle a fait casser la déclaration d'utilité publique et la Mairie a porté l'affaire devant le Conseil d'Etat ainsi qu'une contestation du prix honteux d'expropriation de 8,05€ ; pour lequel elle a obtenu gain de cause devant la Cour de Cassation qui a renvoyé devant une Cour d'Appel ; à la suite de quoi, la Mairie, mauvaise perdante, a porté à nouveau l'affaire en Cassation. Pour revenir à ces agents municipaux ou de Territoire 25 ont-ils porté leur propre parole naïve ou étaient-ils en mission commandée ? Toujours est-il qu'ils se sont permis d'affirmer, à des proches de cette protagoniste, que l'affaire était gagnée d'avance pour la Mairie ! S'agit-il d'une tentative de déstabilisation ? Ces agents municipaux ou de Territoire 25, qui n'ont aucune compétence juridique, ne devraient pas oublier qu'en s'exprimant dans le cadre de leurs fonctions, ils formulent une expression officielle ! Le Conseil d'Etat pourrait aussi apprécier cette légèreté et ces méthodes !    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine Bonis 17/02/2019 09:39

Préservez nos jardins que l'on essaye de garder au lieu de nous avoir jeter comme des malpropres alors que l'on était là depuis quelques annees à avoir un coin a se ressourcer! On était si bien! C'est une honte!