Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Association les Vaîtes

Dans cette vidéo, (cliquez sur le lien) JL FOUSSERET semble abattu. Il dit ne pas commenter une décision de justice venant de suspendre les travaux aux Vaites, mais se répand en se montrant surpris.

Argument massue, "le Maire de la capitale française pour la biodiversité ne va pas faire des choses qui soient contraires à la Loi" ! Et bien si, M FOUSSERET, et il est encore plus grave pour le Maire de la capitale française de la biodiversité de nier que votre SPL Territoire 25 a opéré un véritable saccage du milieu naturel d'espèces protégées aux Vaîtes, en conduisant des travaux sans respecter les préconisations de l'arrêté préfectoral qui vient d'être suspendu.

Très mal informé, JL FOUSSERET réduit l'impact des travaux à "une douzaine d'arbres qui pouvaient abriter des chauves-souris voire 2 mares". Il lui aurait suffit de lire l'arrêté préfectoral en cause pour se rendre compte de ses erreurs.

JL FOUSSERET s'étonne que la déclaration d'utilité publique (DUP) a été accordée "en 2014 et que 5 ans après on nous dit qu'il n'y a pas d'intérêt public majeur" à construire au point de détruire le milieu naturel d'espèces protégées (que JL FOUSSERET traduit pudiquement par "faire cela").  Erreur : est-ce l'abattement qui le conduit à une confusion sur la date de l'arrêté préfectoral ayant déclaré d'utilité publique avec urgence (!) l'aménagement du quartier des Vaîtes ? Elle date du 27 octobre 2011 et non pas de 2014 ! C'est presque 8 ans après qu'effectivement il n'y a plus d'intérêt publique majeur à construire à tout va à Besançon. 

Que s'est-il passé depuis ?

-la fusion-absorption de la région Franche-Comté par la Bourgogne

-le déshabillage (détroussage) des directions administratives de Besançon pour être centralisées à Dijon, avec pour corollaire la fuite des emplois de directions administratives.

-l'exclusion de Besançon de la loi Pinel depuis la loi de finances pour 2018, Besançon ne fait plus partie des zones dans lesquelles il est nécessaire d'encourager les constructions par des incitations fiscales.

-et toujours une économie atone, sans aucune croissance de l'emploi depuis 1975 (!).

-avec pour conséquence une population stagnante

Alors, ouvrez les yeux, M le Maire et sachez accepter ce que nous affirmons depuis 2005 et que le juge dit désormais ! Il n'y a pas d'intérêt public majeur à construire à Besançon au point de détruire le milieu naturel d'espèces protégées.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article