Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par éric daclin

A force d'écouter ses interlocuteurs en se bouchant les oreilles et à force de ne pas répondre à leurs interrogations concrètes, il fallait bien s'attendre à ce qu'un recours soit formé devant la Justice. Ce sont les enfants de l'artiste du quartier : Georges OUDOT qui ouvrent le bal... Depuis le mois de septembre dernier le tribunal administratif de Besançon est saisi d'une requête concernant la classification des terrains de la zone des Vaîtes.  Et plus précisément la famille OUDOT a engagé à titre personnel une action contestant la classification par la Mairie des terrains situés dans le périmètre défini par M le Maire.   Est-il juste que M le Maire ait le pouvoir de classer des terrains comme étant non constructibles alors qu'il prévoit précisément un projet d'urbanisation de grande envergure sur ce même espace ? Est-il juste que par ce classement la valeur des terrains soit maintenue artificiellement très basse jusqu'au moment de leur acquisition par la Mairie ? Est-il juste que le même Maire détienne le pouvoir de décider que ces mêmes terrains deviendront constructibles permettant à la structure qui détiendra ces terrains de réaliser un gain substentiel au détriment de ceux qui possèdent ces terrains ? C'est sur des questions de ce type qu'aura à trancher le tribunal administratif.  Et vous qu'en pensez-vous ? Qu'est-ce que ces questions vous inspirent ? Cela ne s'appelle-t-il pas "spoliation" ?

Thierry OUDOT ajoute "pour nous il y a manifestement classification abusive. Nous ne pouvons pas accepter que des terrains préemptés à 3.81 €/m2 soient ensuite soumissionnés à des organismes HLM, voire à des promoteurs privés, au prix du terrain à bâtir". Ses propos sont relatés dans un article de Bernard PAYOT dans l'Est Républicain du 24 novembre 2005. 

Thierry OUDOT est un membre actif du conseil d'administration de l'association les Vaîtes. Sa démarche est suivie avec beaucoup d'attention par l'ensemble des membres de l'association.

Commenter cet article