Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Association les Vaîtes

Indéniablement votre forte mobilisation dans le quartier ainsi que le soutien que nous avons trouvé en écho dans les rues alentours ont permis une évolution dans le ton de nos rapports avec la Mairie.
Alors tout un quartier en rouge serait une action efficace pour se faire entendre ?
Cette action était pacifique et chacun a pu retrouver en écho dans le rouge affiché par son voisin un
signe de solidarité face à la toute puissance  et aux prérogatives de puissance publique de la Mairie.
Les 1ères déclarations de la Mairie avaient contribué à provoquer inquiétude et mobilisation.
« Nous n'avons pas cherché à ce qu'il n'y ait pas d'impact ». « Je crois qu'on ne peut pas faire un aménagement cohérent si on doit jouer avec l'existant » « dans ce secteur d'urbanisation prioritaire » (la presse bisontine - sept 2005).
Heureusement, les Elus ne sont pas restés insensibles à une telle mobilisation citoyenne (rubans et drapeaux rouges aux balcons) et médiatique (record d'articles dans la presse régionale).
 
Sur la forme tout d'abord, il faut remarquer que le ton des échanges est totalement différent : beaucoup plus courtois avec des échanges plus sereins. Ce qui n'empêche pas de se dire les choses sans langue de bois. 
Sur le fond, M Le Maire nous a prévenu d'emblée : «je ne veux pas réaliser un grand lotissement, mais un véritable quartier urbain ». Mais parallèlement, il exprime désormais sa volonté de préserver l'existant dans la mesure du possible.
En ce qui concerne le prix de 3.81  le m2, M Le Maire est conscient que ce n'est pas acceptable ni tenable concernant les Vaîtes en raison de la proximité du centre ville.
Attention toutefois : « le prix des terrains ne sera pas le prix de la valeur spéculative des terrains à Besançon ». Le prix ne sera donc pas le prix du marché, « ne vous attendez pas à un prix payé de 50  ! » . Et nous qui pensions que le prix du marché sur la zone était au moins de 150 à 200 le m2 pour du terrain constructible !!!
M le Maire nous fait remarquer que le prix d'un terrain constructible peut être différent s'il est ou non viabilisé. Et qu'il sera nécessaire d'effectuer des aménagements importants de voirie et de viabilité sur la zone des Vaîtes qui diminuent de fait le prix des terrains.
La Mairie informera les habitants et l'association au fur et à mesure des avancées et il y aura des échanges.
Ces évolutions que nous saluons étaient inévitables, mais il reste encore beaucoup d’inquiétudes :
-Comment accompagner et apaiser les véritables drames humains que vivront les personnes dont les maisons seront « déconstruites » ( !) ? Jusqu’à quand pourront-ils rester chez eux ?
-Leur prix d’indemnisation ? Le prix des terrains devra encore évoluer pour atteindre un prix décent. Et il ne faudrait pas que la Mairie entende faire supporter aux actuels habitants des Vaîtes les aménagements de voirie et d'assainissement plus coûteux qu'ailleurs et propres à un écoquartier : alors que c’est habituellement à la charge des futurs constructeurs de logements...
-Reste aussi la densité de logements qui inquiète car chacun en connaît les tristes conséquences et nuisances que l'actualité récente est venue nous rappeler.
Et puis, soyons logiques ! Avant de construire autant de logements, n'est-il pas prioritaire de désengorger les rues et le boulevard ?
   

Le 6 juillet 2006, la Mairie a retenu l'architecte François GRETHER, pour réaliser une étude pré-opérationnelle afin de préciser les conditions de réalisation du projet d'aménagement. Cette mission d'une durée de 12 à 18 mois environ permettra à la ville d'arrêter le parti d'aménagement et les procédures d'urbanisme nécessaires à sa réalisation.

Le cabinet parisien d'architecture,François GRETHER - mandataire , Seralp infrastructure et Sarl Tribu, travaillent désormais sur notre quartier. Deux réunions publiques ont eu lieu le 4 nov 2006 et le 24 mars 2007, la Mairie nous a adressé des signes d'ouvertures. Le 5 juillet 2007, la Mairie a adopté le PLU pour la Ville qui nous rassure par certains côtés et nous inquiète fortement par d'autres. (lire l'article du 8 juillet : "Ce que nous pensons du PLU...").  Malgré nos couleurs rouges, nous ne sommes pas des révolutionnaires ! Il y a un temps pour l'action (qui ne demande qu'à se réveiller) et un temps pour la discussion. 

Certains éléments récents inquiètent les habitants du quartier. Et nous conduisent à être encore plus vigilants et exigeants vis à vis des promesses tenues oralement aujourd'hui, qui devront être écrites et surtout tenues après... les élections.     

Commenter cet article