Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par éric daclin

M le Maire n'aurait-il pas été convaincant dans l'affichage de sa volonté de concertation ?
Les retours de pétitions s'accélèrent !
Déjà 4506 signatures
Merci à vous tous qui faites circuler cette pétition !
Si vous voulez participer à cette action en recueillant des signatures, vous pouvez demander des exemplaires papier de cette pétition à : Association Les Vaîtes
3 bis, chemin de brûlefoin
25000 Besançon
 
Si vous souhaitez apporter votre soutien à notre action pour la sauvegarde du quartier des Vaîtes, si vous êtes choqué par le prix de 3.81€/m2 pour des terrains à 1.5 km de la place St Pierre.  Merci de nous envoyer vos commentaires (cliquez sur commentaires ci-dessous) en ajoutant vos coordonnées (nom, prénom, adresse). Ces éléments sont nécessaires pour que votre participation à la pétition en ligne soit valable.

 

Commenter cet article

JIBERT 16/03/2016 12:06

Du gros n'importe quoi ce projet!
Du béton sur des terres arables!
Plus de 2000 logements??!!
On sait tous que Besançon a un pourcentage déjà élevé de logement vacants.
Ce projet n'a d'écologique que le nom. Encore une lubie de pseudo écolos.
Laisser ces dernières oasis en ville en paix, ça c'est écolo!
Les Vaites doivent être une nouvelle ZAD!!!

MR SAMPA 19/06/2006 20:40

je vous soutiens de tout coeur contre un elargissement des clairs soleils... 

mat 02/06/2006 20:54

c 'st inaddmisible que le prix au metre carré soit aussi bas!!!Surtout que le qurtier et un des rares morceua de besançon qui fait encore penser un peu a la campagne!!!

éric daclin 03/06/2006 23:23

Oui tout à fait ! Et dans les villages alentours tels Pirey ou Pouilley les Vignes personne n'oserait proposer sérieusement un prix aussi bas !

clothilde 25/04/2006 10:44

Deux choses inadmissibles :
D'abord le prix du terrain : d'autant que l'on se doute que la municipalité ne les revendra pas à ce prix dérisoire aux promoteurs immobiliers chargés de massacrer le quartier. Est-ce un impôt déguisé ?
Ensuite la disparition d'une zone verte de la ville : pourra t-on encore se vanter d'être l'une des première ville verte de France ? Avec la disparition de ce poumon au coeur de la ville, c'est la fin des jardins ouvriers, des maraichers du secteur, etc ....
Bien sûr, il faut des logements, mais il y a d'autres endroits dans la ville, qui mériterai une réhabilitation par la création de logements, mais peut être ces terrains sont ils financièrement moins intéressant ?
Pour moi tout ceci est une affaire de gros sous, encore ...

Geoffrey 07/12/2005 11:24

Ca me consterne que des gens de ma société trouvent que les calicots ont tort de fleurir dans les moments de mécontentement...
Et que les coquelicots ont tort de fleurir à certains endroits ...
En effet comme semblent le dire certains, il ne faut pas faire de sensiblerie quand il s'agit d'améliorer la qualité de vie de tous.
Mais la réaction massive des habitants met en évidence que le projet va à l'encontre de tout ça.
Je suis locataire dans la rue de la Vaîte et je me sens profondément indigné par l'attitude impardonnable de nos représentants. Car ce ne sont pas les maraicher amoureux de leur terre qu'il faut blâmer mais les urbanistes et tout ceux qui sont responsables de ces dégradations de notre milieu de vie. J'ose le dire car je ne peux le concevoir autrement : il faut vraiment être amputé de la tête pour rester sur des idées d'habitations uniformisées, déshumanisées et surdensifiées.

Au contraire j'espérerais une réunion de tous les milieux, le rapprochement des pôles : logements, commerces et tous lieux de travails, me parrait être l'idéal. Il n'est qu'ainsi que l'on pourra solutionner le surcroît dévastateur de trafic. Bien des villes avangardistes l'on compris, toutefois Besançon ne décolle pas ses oeillières.

Alors selon moi si nos représentants voulaient bien faire preuve de sagesse, ils devraient utiliser notre argent pour faire des choses réellement bénéfiques à la population :
- prendre en charge la restauration de très nombreux appartements anciens disséminés dans tout besançon qui pourraient très bien devenir des logements "sociaux" s'ils étaient restaurés de manière écologique. "Ecoloquoi ?" diront certains...
Enfin rien qu'en rachetant à 3€ le m2 les terrains des maraichers, ils pourraient couvrir quelques toits de panneaux solaires et acheter de l'isolation en fibres de chanvre.
(Non j'ai pas dis cannabis! mais chanvre!)

- gérer le rééquilibrage de la densité par de nouvelles structures urbaines architecturellement compatibles avec les mots "joli" "agréable" "convivial" "ecofriendly". (Peut-être qu'en anglais ça passera mieux) Il ne s'agit pas de copier les Allemands car nous aussi on en forme des architectes bon sang! Même que dans notre lycée Ledoux j'en ai vu faire des maquettes qui ressemblaient même pas à un cube ou à un pavé.

- faire un Besançon cyclable ! Malgré que Besançon soit une ville très humide (220m de pluie en 15j durant mars 2001) dès que le soleil brille, on aime beaucoup se déplacer en vélo alors pourquoi nous en priver ? Et oui il existe encore des gens qui font du sport autrement qu'en se faisant promener par leur chien ou avec des engins de torture en sous-sol.

Alors voilà M. Fousseret, je suis désolé de n'être pas venu vous écouter ce soir soutenir votre projet, mais ne soyez pas triste, on vous explique jusqu'à comment réinvestir l'argent. Merci.

Geoffrey 07/12/2005 00:56

Ca me consterne que des gens de ma société trouvent que les calicots ont tort de fleurir dans les moments de mécontentement...
Et que les coquelicots ont tort de fleurir à certains endroits ...
En effet comme semblent le dire certains, il ne faut pas faire de sensiblerie quand il s'agit d'améliorer la qualité de vie de tous.
Mais la réaction massive des habitants met en évidence que le projet va à l'encontre de tout ça.
Je suis locataire dans la rue de la Vaîte et je me sens profondément indigné par l'attitude impardonnable de nos représentants. Car ce ne sont pas les maraicher amoureux de leur terre qu'il faut blâmer mais les urbanistes et tout ceux qui sont responsables de ces dégradations de notre milieu de vie. J'ose le dire car je ne peux le concevoir autrement : il faut vraiment être amputé de la tête pour rester sur des idées d'habitations uniformisées, déshumanisées et surdensifiées.

Au contraire j'espérerais une réunion de tous les milieux, le rapprochement des pôles : logements, commerces et tous lieux de travails, me parrait être l'idéal. Il n'est qu'ainsi que l'on pourra solutionner le surcroît dévastateur de trafic. Bien des villes avangardistes l'on compris, toutefois Besançon ne décolle pas ses oeillières.

Alors selon moi si nos représentants voulaient bien faire preuve de sagesse, ils devraient utiliser notre argent pour faire des choses réellement bénéfiques à la population :
- prendre en charge la restauration de très nombreux appartements anciens disséminés dans tout besançon qui pourraient très bien devenir des logements "sociaux" s'ils étaient restaurés de manière écologique. "Ecoloquoi ?" diront certains...
Enfin rien qu'en rachetant à 3€ le m2 les terrains des maraichers, ils pourraient couvrir quelques toits de panneaux solaires et acheter de l'isolation en fibres de chanvre.
(Non j'ai pas dis cannabis! mais chanvre!)

- gérer le rééquilibrage de la densité par de nouvelles structures urbaines architecturellement compatibles avec les mots "joli" "agréable" "convivial" "ecofriendly". (Peut-être qu'en anglais ça passera mieux) Il ne s'agit pas de copier les Allemands car nous aussi on en forme des architectes bon sang! Même que dans notre lycée Ledoux j'en ai vu faire des maquettes qui ressemblaient même pas à un cube ou à un pavé.

- faire un Besançon cyclable ! Malgré que Besançon soit une ville très humide (220m de pluie en 15j durant mars 2001) dès que le soleil brille, on aime beaucoup se déplacer en vélo alors pourquoi nous en priver ? Et oui il existe encore des gens qui font du sport autrement qu'en se faisant promener par leur chien ou avec des engins de torture en sous-sol.

Alors voilà M. Fousseret, je suis désolé de n'être pas venu vous écouter ce soir soutenir votre projet, mais ne soyez pas triste, on vous explique jusqu'à comment réinvestir l'argent. Merci.

Bossart 04/12/2005 11:48

Je ne connaissais pas les vaites.
En passant par hazard hier, j'ai découvert ce beau petit coin.
Cela serait vraiment dommage qu'a la place des serres et des espaces verts, il y ait des blocs de beton "Froid" et sans Âme.

éric daclin 04/12/2005 13:16

Nous vous remercions pour votre commentaire et votre proposition de nous référencer sur les 2 sites dont vous êtes webmaster

Christian 27/11/2005 17:51

Vous le dites dans votre réponse au commentaire du 18/11 nous ne sommes pas en région parisienne. De plus, il suffit de se rendre à la Citadelle et de "contempler" la ville pour s'apercevoir de l'intensité de l'urbanisation à Besançon ; pour une commune qui défendait une image verdoyante avec une qualité de vie élevée, on ne peut qu'être choqué de voir apparaître encore des séries d'immeubles là-même où se trouvent aujourd'hui certaines maisons. Pourquoi faudrait-il encore accepter que l'habitat individuel soit saccagé par des promoteurs (rarement Franc Comtois) dont on connait les intérêts ? De plus vous le dites bien, l'emploi à Besançon est loin de pouvoir justifier de tels projets d'urbanisation. Je ne suis pas contre un aménagenemt des Vaîtes, mais en créant des maisons, on en a assez de ces nouveaux immeubles, qui plus est sont tous aussi moches et identiques les uns aux autres ! L'exemple de la "zone" du boulevard est pourtant criant, la mairie ne tire donc pas les leçons du passé et notre maire semble oublier que nous ne sommes pas dupes de ses semblants de concertation : attitude pour le moins dangereuse, les Bisontins sauront certainement s'en souvenir aux prochaines élections !

Christophe 18/11/2005 17:33

Bonjour à tous....
J'ai découvers l'existance de ce blog hier soir en rentrant chez moi par un chemin inhabituel en lisant les divers caliquot qui ont fleuri ces derniers jours, dont il faut bien dire qu'ils sont franchement inesthétiques. Bref cela n'est pas le sujet !!

Bisontin d'adoption depuis 4 ans (je suis parisien d'origine) je dois dire que je ne connais pas bien le problème. Pourtant, je suis "voisin", habitant rue de la Pernotte, à la limite du projet dont j'ai vu les plans sur le site. Bien que n'étant absolument donc pas concerné par ce projet, je me permets de donner un avis puisque votre Webmaster mets un outil à ma disposition. Au risque de casser l'ambiance je dois dire que je suis plutôt favorable à ce projet.

En effet, quand je vois qu'une poignée de propriétaires s'opposant à l'intérêt général (la construction de logements décents dans le contexte actuel n'est pas du luxe) pour la somme de petits intérêts particuliers et la défense de quelques pommiers, je suis un peu interloqué. Il faut à cet égard rappeler que l'intérêt général n'est pas la somme des intérêts particuliers. Cet exemple peut en faire la démonstration.

Notre Pays souffre de façon chronique du manque de logements (je ne vais pas vous rejouer Abbé Pierre 1954 rassurez vous !!). Si je veux bien admettre que les conditions dans lesquelles ce projet semble avoir été imposé sont douteuses, il n'en demeure pas moins qu'il y a aujourd'hui besoin de logements... tant pis pour ceux qui cultivaient là 2 ou 3 rosiers grimpants et quelques poireaux. ... Il faut savoir que nous vivons dans une ville, que par définition une ville est un centre d'urbanisation active et que les jardins, les fermes, les vergers n'y ont hélas pas leur place. A titre d'information, il ne reste que quelques ares de vignes à Paris, à Montmartre, et encore c'est pour le folklore !! La dernière ferme y a fermé ses portes à la fin du 19e siècle.
Pour ceux qui veulent la verdure, eh bien c'est peut être cruel mais ils peuvent toujours s'exiler et aller à Roche les Beauprés par exemple.... L'urbanisation et le développement économique sont à ce prix. En la matière, je suis très pragmatique. Pour vivre et se développer, une ville a besoin de s'agrandir et de se doter d'activités porteuses à savoir des activités tertiaires. Désolé pour les activités primaires et secondaires (LIP est déjà bien loin derrière nous) !

Si je conçois qu'il faut être très vigilent quant à la qualité du projet envisagé (il ne s'agit pas de bétoner à tout va), je pense qu'on ne peut aller contre le progrès (même si ce terme peut être diversement interprété). Aussi, si je peux me permettre de donner un conseil, il convient d'accompagner et éventuellement d'amander le projet plutôt que de s'arquebouter sur la défense d'intérêts personnels bien passéïstes.

Voilà, mon message ne vous fera certainement pas plaisir, mais je pense qu'il est assez pragmatique. Je vous souhaite néanmoins bon courage sachant que vous en aurez bien besoin.

éric daclin 20/11/2005 19:07

Nous acceptons toutes les opinions exprimées courtoisement et bienvenue à Besançon ! Mais il il faut savoir que Besançon n'est pas Paris ! L'expansion démographique y est beaucoup plus modeste. Lisez les liens de l'article "on nous ment" : les propres services de M Fousseret écrivent : "une croissance démographique en perte de vitesse dans les années à venir" et qu'il y a 5000 logements vacants à Besançon ! Dans ce contexte vouloir construire 6 000 logements à Besançon revient à CASSER LE MARCHE DE L'IMMOBILIER. C'est tout le marché de l'immobilier de BESANCON QUI VA BAISSER. Tous les bisontins sont donc concernés.  Sachez d'ailleurs que notre association est composée de propriétaires et de locataires qui veulent simplement défendre le quartier où ils vivent ou viennent se promener. Et éviter le SACCAGE de ce quartier où il fait bon vivre, par le projet du Maire de Besançon. Nous nous opposons à une concentration folle de population. Vous savez que cette concentration est un des facteurs des troubles qui ont agités les quartiers de la région parisienne et dans une moindre mesure bisontine (1 mort, 1 immeuble HLM incendié et 21 voitures brulées à Besançon entre le 2 et le 7 nov... - cf l'hebdo de Besançon du 9 nov). Nous ne opposons pas à une urbanisation de notre quartiers qui est -nous le savons- situé en ville. Nous voulons simplement un projet qui ne casse pas tout et qui ne prenne pas pour dogme, la concentration de population.

chp 12/11/2005 17:49

Continuez votre combat,afin que notre quartier garde se caractère un peu campagnard, tout en restant ouvert aux propositions, mais en restant vigilant.