Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
lesvaites.com  : défendre le quartier des Vaîtes contre la bétonisation ! La mairie veut construire 1150 logements et détruire l'habitat d'espèces animales protégées !

Rapport du GEEC - 1150 logements ça ne passe pas - suite...

14 Mars 2021, 16:27pm

Publié par Association les Vaîtes

Les experts du GEEC ont rendu leur rapport le 11 mars en le drapant de la toge unversitaire pour le marquer d'un sceau afin de le rendre incontestable. Ce tampon est-il suffisant ? A l'évidence, non !

Nous avons relevé dans un article précédent, les approximations et survols du travail des experts, l'investissement à géométrie variable de certains experts, se traduisant, parfois, par un simple énoncé de grandes généralités et d'affirmations non démontrées voire manifestement dogmatiques. Le paroxysme est atteint en page 27, avec une liste de conseils juridiques pour "lui permettre d'éviter la censure du juge administratif".

D'autres thèmes traités, traduisent une réflexion plus aboutie et un travail de fond de certains experts dans leur discipline. Ainsi les  réfléxions du GEEC s'inscrivent dans la mise en perspective de l'aménagement des Vaîtes avec les conséquences du changement climatique en cours et à horizon de 20 ans, 30 ans, 40 ans. En prenant en considération l'augmentation des températures et "les canicules style 2003 vont se multiplier, vont probablement devenir la norme en été.  Et puis aussi les précipitations violentes, nous sommes dans un vallon, un hydrosystème où l'eau à un rôle important." L'évacuation prévue pour les eaux de ruissellement pourrait s'avérer rapidement insuffisante, ne répondant pas ainsi aux risques d'innondations. Autant de sujets qui ont été traités avec légèreté par l'équipe municipale précédente et par l'aménageur.

conséquence des fortes pluies, la plaine de Thise inondée devient un lac pour canoe-kayak et jet-ski - 31 janvier 2021
conséquence des fortes pluies, la plaine de Thise inondée devient un lac pour canoe-kayak et jet-ski - 31 janvier 2021

Les experts du GEEC relèvent que le postulat posé par l'ancienne équipe municipale d'un besoin de 10 000 logements d'ici 2030 n'est pas documenté dans les documents de la Mairie. Et pour cause, toutes les études de la DREAL et de l'INSEE attestent que ce chiffres est gonflé aux emphétamines. Sauf à découvrir un gisement extraordinaire d'emplois à Besançon, toutes les études montrent que le besoin de logements est inférieur à 5000 logements. Dommage que la Mairie ait réussi à tromper le Conseil d'Etat sur ce point (CE 3 juillet 2020). 

Le GEEC valide l'utilité de construire des logements à Besançon, "la diminution globale de la taille des ménages nécessite plus de logements". La toge universitaire dont ils drapent leur rapport aurait dû les conduire à nuancer cette affirmation en tenant compte des études de l'INSEE, illustrant la forte baisse de la taille des ménages jusqu'en 2007, mais une quasi stagnation depuis 2007. Le nombre de personnes par ménage est passé de plus de 3 en 1968, à moins de 2 en 2007, il ne faut vraiment pas avoir les pieds sur terre pour projeter la diminution de la taille des ménages beaucoup plus loin encore ! La taille moyenne d'un ménage peut-elle aller jusqu'à une personne par ménage ? 🤡  Cela signifierait qu'il n'y aurait plus aucun couple, plus aucun enfant et donc rapidement une baisse de la population. Cette baisse de la population à Besançon est déjà une réalité, la population bisontine est passée de 118 836 (2007) à 115 934 (2017). Les naissances enregistrent un mouvement de baisse s'accentuant, à Besançon, de 2015 à 2019. Le recul de la population active, moteur de la demande de logements est en forte baisse de 2007 à 2017 (83 045 / 77 756).

Etude de l'Insee - Evolution de la taille des ménages à Besançon de 1968 à 2019
Etude de l'Insee - Evolution de la taille des ménages à Besançon de 1968 à 2019
Etude de l'Insee - naissances et décès à Besançon de 2014 à 2019
Etude de l'Insee - naissances et décès à Besançon de 2014 à 2019
Etude de l'Insee - évolution de la population active à Besançon de 2007 à 2017
Etude de l'Insee - évolution de la population active à Besançon de 2007 à 2017

Mais les experts du GEEC relèvent que la rénovation des logements dégradés au centre ville ne semble pas être intégrée dans les estimations réalisées par la mairie pour combler les besoins de logements.

Ils relèvent que "le juge considère qu'il n'a pas été démontré par la commune qu'aucun autre site à proximité du centre-ville de Besançon ne permettrait d'atteindre le même objectif." "Il manque ainsi une réfléxion à l'échelle de l'ensemble de la ville permetttant [...] de répartir plus équitablement une partie de ces 1150 logements sur d'autres sites." Ils préconisent explicitement "d'alléger le projet".

Les experts relèvent la qualité des terres. "on ne peut donc que s'étonner que la destruction de 15 ha de terres à potentiel agricole n'ait pas été plus argumentée dans le contexte actuel où la disparition du patrimoine agronomique et/ou sa dégradation qualitative est au coeur des grands enjeux environnementaux nationaux". Ils indiquent dans leurs conclusions que "la tradition maraîchère devrait être conservée, encouragée et accompagnée. Les jardins devraient aussi être conservés à condition qu'un accompagnement (associations, ville...) soit mis en place pour les rendre attractifs."

Le GEEC observe qu'"au-delà de certaines atteintes au milieu naturel, la mobilisation des habitants, des jeunes et des riverains des Vaîtes témoigne d'un attachement perceptible à l'accès à la nature, à ses friches, à ses jardins et ses forêts, soit un patrimoine commun et sans doute un espace d'ouverture vers la liberté pour s'évader ou s'émanciper du quotidien et de ses contraintes. Ces formes d'usages signalent une attention voire une vigilance pour des habitants qui n'entendent pas être déposssédés de ce qui fait partie d'un bien vivre aux Vaîtes." Ils relèvent les expressions "petit paradis", "un coin de campagne dans la ville" couramment exprimés pour qualifier les Vaîtes.

"C'est le cas pour des jardins dont l'attrait renouvelé rend compte du besoin de lien social à la nature par un travail de la terre, l'entretien des plants et le partage des récoltes. Cette socialisation discrète renvoie à un bien vivre ensemble immanent qui repose également sur ces liens renoués avec la nature et par ce biais, aux autres humains et non-humains."

Après une politique descendante verticale largement pratiquée par l'ancienne municipalité, les experts préconisent une démarche bottom-up, une coopération appelant "une adaptation de certaines actions". [...] Tenir compte des manières d'habiter des personnes pour fabriquer et/ou sauvegarder". Ils suggèrent d"inviter des jeunes (étudiants, lycéens...) à mener des projets collectifs et de prendre leur part dans l'accompagnement d'actions en émergence."

Ils proposent 3 pistes d'actions concrètes : "un plan de gestion écologique de la biodiversité ordinaire, le développement d'une zone maraîchère pour l'approvisionnement local en produits frais (école-jardin ou jardin d'insertion), enfin un projet solidaire (restauration solidaire, jardins partagés) confié à une ou des association (s)."

Les pro-béton, tels les communistes, Mme Nathalie BOUVET, Mme Karima ROCHDI et M Laurent CROIZIER et l'équipe autour de M Nicolas BODIN, qui soutenaient le projet actuel, qui a commencé le saccage du quartier, ne pourront donc pas poursuivre leur oeuvre dont la copie est désormais à revoir.

Reste à voir si Mme la Maire réussira à porter un projet de qualité et respectueux dans les faits, quand son prédécesseur s'en tenait à des paroles, des paroles, des paroles.

Voir les commentaires

Le rapport du GEEC : 1150 logements aux Vaîtes, ca ne passe pas !

12 Mars 2021, 23:21pm

Publié par Association les Vaîtes

Le GEEC constitué par Mme la Maire, le 29 janvier, vient de rendre son rapport : 67 pages plus des annexes. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'aucune connivence réciproque n'a caractérisé les relations entre l'association les Vaîtes et le Président du GEEC.

3 échanges de courriels polis mais plutôt aigre-doux, un refus ferme du GEEC de rencontrer quinconque, une contribution de notre part, de 24 pages, adressée le 12 janvier + une seconde contribution de 8 pages, adressée le 3 mars, mais non prise en compte, sans aucune réponse du GEEC.  Nous saluons toutefois, la courtoisie de M Hervé RICHARD qui nous a spontanément adressé le rapport du GEEC, le 12 mars.

Ce rapport rédigé par des experts universitaires, dont plusieurs sont en situation de proximité avec le Conseil municipal, pouvait difficilement être radical. La mission du GEEC était encadrée, la démarche et la mesure universitaire caractérise le travail des experts mais force est de constater que les membres pro-béton, du Conseil municipal vont avoir l'estomac retourné à la lecture de ce rapport. Tels les communistes, tels Mme Nathalie BOUVET, Mme Karima ROCHDI et M Laurent CROIZIER, et plus sournoisement, l'équipe autour de M Nicolas BODIN. Ces pro-bétons avaleront de travers la conclusion du rapport du GEEC, et notamment les extraits suivants.

On retrouve de nombreuses idées que nous avons développées depuis 2005, mais auxquelles, l'équipe FOUSSERET avait répondu par le dénigrement et l'infantilisation en considérant que nous ne comprenions rien. Certes nos développements n'étaient pas aussi étayés et complets que certains points du rapport du GEEC qui suivent.

La démarche universitaire de ce rapport n'est pas toujours rigoureuse comme en attestent certaines inexactitudes montrant que les experts ont survolé certains aspects. Par exemple, ils attribuent le site www.lesvaites.com à l'association des jardins des Vaîtes (p22), et s'ils présentent des photographies remontant à 1956 pour illustrer un historique de la roselière, les experts font une erreur grossière concernant le projet initial, lancé en 2005. Ce n'était pas 1150 logements qui étaient prévus, mais 2000 logements (p57) ! Ces inexactitudes et survols de la part des experts, nous interpellent lorsqu'ils se permettent des affirmations péreemptoires, remettant en question plusieurs observations et constats réalisés, par des bureaux d'études spécialisés, de présence de certaines espèces animales. Certains aspects du rapport s'avèrent très complets, d'autres sont traités avec légèreté, se contentant d'affirmations non démontrées, voire manifestement dogmatiques, reflètant ainsi un investissement à géométrie variable entre experts apportant leur concours sur les sujets relevant de leur compétence.

"L’ambition de « mixité sociale » du projet d’écoquartier des Vaîtes ne résout pas toutes les questions que pose son ancrage local, que ce soit par rapport aux expropriations entreprises, aux réticences et résistances opposées, ou à l’état réel des besoins résidentiels.

Du point de vue juridique, l’essentiel de la discussion concernant la faisabilité du projet sur le site des Vaîtes se concentre dans la justification de la décision de dérogation aux arrêtés de protection des espèces et habitats fragiles. En l’état, et sachant que la procédure juridictionnelle n’en est en réalité qu’à son commencement, le juge retient que le projet de construction répond à une raison impérative d’intérêt public majeur, au motif que le besoin en habitat de la ville de Besançon n’est pas satisfait par les projets en cours. Toutefois, le juge considère qu’il n’a pas été démontré par la commune qu’aucun autre site à proximité du centre-ville de Besançon ne permettrait d’atteindre le même objectif.

Si le projet devait être maintenu, une étude de densité portant sur l’ensemble de l’agglomération et intégrant la reconversion urbaine, la division parcellaire et la surélévation, devrait être faite. Cette étude devra être réalisée même si les autres préconisations du rapport devaient être prises en compte pour modifier et alléger le projet, car la problématique juridique restera identique. Dans le même sens, les mesures spécifiques d’évitement et de réduction, voire de compensation (dites ERC) de l’impact des travaux et des aménagements ne sont pas suffisamment explicites dans le projet. Il manque ainsi une réflexion à l’échelle de l’ensemble de la ville permettant par exemple d’échelonner en plusieurs phases les constructions sur le site des Vaîtes et/ou de répartir plus équitablement une partie de ces 1150 logements sur d’autres sites.

Du point de vue environnemental, l’enjeu n’apparaît pas ici en termes d’espèces ou d’habitats naturels remarquables au regard des sites naturels recensés en Bourgogne-Franche-Comté (espèces protégées, en liste rouge nationale ou régionale, habitats d’intérêt communautaire, réserves naturelles, sites Natura 2000...), mais plutôt en termes d’intégration de la nature ordinaire dans la vie sociale (jardins familiaux et exploitations agricoles de maraîchage) et de liens entre la ville et ses collines alentours (forêts, prés-vergers, prairies bocagères, murgers...). Dans ce sens, la tradition maraîchère devrait être conservée, encouragée et accompagnée." [...]

"L’enjeu est ici de transformer un territoire devenu un lieu d’inquiétude, de crispation sociale et politique en une opportunité d’expérimentation d’une véritable transition socio-écologique.

La démarche jusqu’alors mise en place paraît enfermée dans un schéma top/down, donnant un sentiment d’injonction sur le terrain. Un changement de posture mettant en place des actions bottom-up par la recherche de dialogue, une co-gouvernance entre élus, professionnels du terrain et habitants/usagers pour des modalités de coopération sur le terrain serait une marque de rupture pour un changement vers une démarche de recherche-action et de participation. Cette démarche concertée et participative attentive aux attentes et au bien-être des habitants, des jeunes et des riverains devrait être rapidement engagée.

Trois pistes d’actions concrètes pourraient être envisagées : un plan de gestion écologique de la biodiversité ordinaire, le développement d’une zone maraîchère pour l’approvisionnement local en produits frais (école-jardin ou jardin d’insertion), enfin un projet solidaire (restauration solidaire, jardins partagés) confié à une ou des association(s). Ce pourrait être aussi l’occasion de donner des perspectives d’avenir aux jeunes en confiant par exemple à des lycéens ou des étudiants la faisabilité d’un projet en économie sociale et solidaire."

"Le changement climatique en cours doit nous amener à inscrire de tels projets d’aménagement dans les conditions climatiques attendues pour les prochaines années de façon à évaluerleur pertinence dansla protection des populations et des écosystèmes. La région de Besançon devra faire face, comme tout le quart nord-est de la France, à une intensification des épisodes de fortes précipitations ainsi que des vagues de chaleur en été, telles que celles observées en 2003, avec asséchement des rivières, déficit hydrique des sols et stress thermique associé des végétaux. Les données disponibles pour la région de Besançon et pour le site des Vaîtes mettent déjà en évidence l’intérêt de zones végétalisées qui atténuent localement les températures de surface, donc les apports de chaleur à l’atmosphère urbaine, et contribuent aussi certainement à réduire l’effet d’îlot de chaleur induit par le milieu urbain en cas de canicules. Les études menées confirment, comme dans plusieurs villes du monde, l’intérêt de maintenir et de développer (en surface et en type de végétation) ces zones végétalisées."

le contexte hydrologique et topographique
le contexte hydrologique et topographique

"Il apparaît que, par ses caractéristiques géomorphologiques et géologiques, le vallon des Vaîtes est un hydrosystème favorable à la restitution superficielle des eaux de pluie au détriment de l’infiltration verticale vers le sous-sol. La vulnérabilité du vallon aux inondations d’origine pluviale est donc importante, et susceptible d’être aggravée par les ruissellements provoqués par le scellement des surfaces concernées par les constructions d’habitats et de voiries. Bien que vertueux sur le plan environnemental, les dispositifs de gestion des eaux superficielles et pluviales proposés (infiltration à la parcelle et dispositif de noues) ne semblent pas suffisamment dimensionnés ni adaptés pour une totale maîtrise des risques d’inondations. Les dimensionnements modélisés à partir de probabilités de retour de pluie ou de débit calculées sur la base des décennies passées, même s’ils répondent aux attentes réglementaires actuelles, nous paraissent insuffisants." [...]

"Dans le contexte actuel où la disparition du patrimoine sol et/ou sa dégradation qualitative est au cœur des grands enjeux environnementaux nationaux, la conversion de 15 à 20 ha de terres à potentiel agricole en espaces à usage urbain interroge. Au regard de la superficie engagée et de l’histoire agricole du vallon des Vaîtes, une étude spécifique évaluant la qualité agronomique des sols nous semble indispensable pour optimiser les différents usages des sols prévus dans l’aménagement du quartier et valoriser au mieux le potentiel disponible."

Nous aurions préféré des conclusions plus courageuses et affirmées en regard des constats, des nombreuses critiques et points d'attentions relevés par le GEEC. Il n'empêche, ce rapport nourrit les fondements des puissants leviers de contestations du projet d'urbanisation. En somme, les constats mais timorés dans les conclusions...

Fallait-il s'attendre à autre chose de la part de ce GEEC ? Oui, le cadre de leur mission, les liens des experts avec la mairie voire pour certains une dépendance, nous faisaient redouter un rapport plus complaisant. En ce sens, ce rapport exprime une forme d'indépendance des experts, lorsqu'ils s'expriment sur certains thèmes, mais tempérée par les décisions entre-deux, qu'il induit. Des décisions, certes, améliorant le projet d'urbanisation, mais sans qu'elles soient radicales. Et pourtant de nombreux constats et interrogations sur le projet sont explicites. Les experts auraient-ils voulu fournir, par leur rapport, de solides arguments pouvant être utilisés devant la justice ?

Le grand danger réside dans l'étape suivante. Nous reviendrons prochainement sur l'étape suivante et en quoi elle nous paraît tronquée et dangereuse. 

Vous trouverez le texte intégral du rapport du GEEC en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://filesender.renater.fr/?s=download&token=292c8933-8189-406c-9e07-91fe38c9d57f

 

Voir les commentaires

La Mairie reconnaît enfin nos arguments !

28 Février 2021, 12:12pm

Publié par Association les Vaîtes

Nous vous invitons à lire l'article paru dans la Presse Bisontine de mars 2021 - Après le dispositif Pinel - retournement de situation à l'éco-quartier Vauban.

Depuis 2005, nous affirmons qu'il n'y a pas de besoin de construire autant de logements à Besançon. La précédente municipalité nous répondait que nous n'y comprenions rien et effectivement environ 600 appartements ont été vendus chaque année à Besançon entre 2007 et 2012. Mais nos arguments étaient fondés, ces ventes étaient artificielles car uniquement soutenues par les avantages fiscaux apportant une réduction d'impôt aux investisseurs. Entre 2012 et 2017, les effets de ce dopage ont fléchi à 500 appartements vendus chaque année. Et badaboum, la suppression de la carotte fiscale depuis la loi de finances pour 2018, votée par l'Assemblée Nationale, le 21 décembre 2017, a supprimé les avantages fiscaux de la loi Pinel pour les futurs logements réalisés en zone B2.

Les seuls logements qui ont encore pu bénéficier du dopage à la construction de la Loi Pinel à Besançon sont ceux pour lesquels un permis de construire a été délivré avant le 31 décembre 2017 et vendus avant le 31/12/2018.

Preuve que la carotte fiscale est un élément déterminant pour doper le marché de l'immobilier dans une ville dont l'activité économique n'attire plus et dont la population est stable ou décroissante depuis des décennies, les permis de construire s'affichent et se conservent sur leurs panneaux comme de vieux millésimes, sans que les bâtiments ne se montent. Ainsi, un panneau du promoteur Seger est affiché rue Jacqueline AURIOL (près de la rue Tristan BERNARD) depuis décembre 2019, sans aucune avancée dans la construction.

le projet de construction du promoteur Seger rue Jacqueline AURIOL n'a pas avancé depuis décembre 2019
le projet de construction du promoteur Seger rue Jacqueline AURIOL n'a pas avancé depuis décembre 2019
le projet de construction du promoteur Seger rue Jacqueline AURIOL n'a pas avancé depuis décembre 2019
le projet de construction du promoteur Seger rue Jacqueline AURIOL n'a pas avancé depuis décembre 2019
le projet de construction du promoteur Seger rue Jacqueline AURIOL n'a pas avancé depuis décembre 2019
le projet de construction du promoteur Seger rue Jacqueline AURIOL n'a pas avancé depuis décembre 2019

Autre illustration par la preuve, le projet d'écoquartier Vauban, pourtant placé à proximité du centre ville avec une magnifique vue sur la citadelle, est à la peine. La phase 1 qui doit accueillir 430 logements arrive péniblement à son terme. Beaucoup de ces 430 logements ont été commercialisés avant la fin de l'avantage fiscal, mais depuis c'est la bérézina sur les ventes. Au point que la Mairie mange son chapeau et accepte la réalisation de 8 maisons avec un petit carré de jardin. Précisément ce que la précédente équipe municipale honnissait. Aurélien LAROPPE (adjoint à l'urbanisme) précise "aujourd'hui on a moins d'investisseurs" à Besançon et il ajoute que proposer des maisons à la vente avec un carré de jardin permet de limiter la fuite des familles vers la périphérie. Nous ajoutons qu'effectivement depuis la crise sanitaire, la demande de petites maisons individuelles avec une jardin est une tendance marquante au détriment des appartements en ville.

Le nouvel adjoint à l'urbanisme et les écologistes seraient-ils plus pragmatiques que l'ancienne équipe municipale pro-béton ?

l'écoquartier Vauban ne fourmille pas d'activité fin février 2021
l'écoquartier Vauban ne fourmille pas d'activité fin février 2021
l'écoquartier Vauban ne fourmille pas d'activité fin février 2021
l'écoquartier Vauban ne fourmille pas d'activité fin février 2021
l'écoquartier Vauban ne fourmille pas d'activité fin février 2021
l'écoquartier Vauban ne fourmille pas d'activité fin février 2021

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le GEEC et la conférence citoyenne au Conseil municipal du 28 janvier 2021

8 Février 2021, 20:26pm

Publié par Association les Vaîtes

projet de bétonisation des Vaîtes figurant sur le site de l'aménageur le 8 février 2021 - nous avons remplacé le green wasching des toits végétalisés par la couleur grise qu'ils auront après avoir séché en été.
projet de bétonisation des Vaîtes figurant sur le site de l'aménageur le 8 février 2021 - nous avons remplacé le green wasching des toits végétalisés par la couleur grise qu'ils auront après avoir séché en été.

Mme VIGNOT n'est pas intervenue dans les 2 points à l'ordre du jour du Conseil Municipal portant sur la constitution d'un Groupe d'Experts pour l'Environnement et le Climat (GEEC) et sa saisine sur le projet d'écoquartier des Vaîtes,  ni sur la mise en place d'une conférence citoyenne sur l'avenir de l'éco-quartier des Vaîtes. Peut-être n'avons-nous pas suivi la totalité des longues 6h du Conseil Municipal, mais nous n'avons pas entendu qu'elle n'intervenait pas en raison d'un possible conflit d'intérêt entre elle et son ancien patron, soutien affiché à sa liste lors des élections municipales qui est désigné Président du GEEC.

C'est bien pour cette raison qu'elle a fait monter ses 2 lieutenants Anthony POULAIN et Kevin BERTAGNOLI. Bonne pioche, à défaut (nous l'espérons) de pelleteuses, ils ont parfaitement fait le job, répondant presque à toutes les questions du leader de l'opposition municipale, Ludovic FAGAUT, en évitant les pièges des maladresses entourant la nomination de ce GEEC qualifié "d'amicale de la municipalité" par un élu d'opposition.

Les tensions étaient toutefois perceptibles entre les élus issus du PS qui s'abstiennent sous un prétexte masquant leur crainte que Mme La Maire ne souhaite pas assumer ni le passage aux forceps de ce dossier tel qu'il a été conduit par Jean-Louis FOUSSERET, ni le sale boulot des services municipaux à son service et de T25 qui a engendré "énormément de contentieux administratif et indemnitaire" relevé par l'élue Mme Pascale BILLEREY. Madame BILLEREY poursuit "sur ce dossier, il faut qu'on change nos pratiques politiques. Un projet qui a calqué comme ça, avec autant de contentieux, c'est un projet qui est de longue date difficile à mener".

Les communistes, dont un élu s'est fendu d'une tribune maladroite qui a fortement irrité entre les deux tours des municipales, sont sur la même ligne que les élus rescapés du petit groupe qui a suivi le disparu Alauzet. Ce sont aujourd'hui les 2 groupes municipaux qui poussent ouvertement au bétonnage des Vaîtes. Rendons leur grâce, il s'agit de bétonner 30% de la surface et d'artificialiser avec des places de parking végétalisées, des pelouses et des jardins municipaux au cordeau sur presque tout le reste des Vaîtes. Madame Nathalie BOUVET, madame Karima ROCHDI et monsieur Laurent CROIZIER ont de nouveaux amis... les promoteurs immobiliers... ils n'ont pas tout perdu.

Ainsi, le GEEC a été constitué le 28 janvier. Il est chargé de rendre un rapport pour le 11 mars 2021. 

Parallèlement, une consultation digitale sera ouverte pendant 4 semaines à l'attention des habitants de Besançon de plus de 16 ans.

Et structure faîtière, une conférence constituée par 50 citoyens et citoyennes tirés au sort sur les listes électorales sera mise en place. Ils travailleront 3 jours sur la base du rapport du GEEC, de la synthèse de la consultation digitale et des auditions qu'ils choisiront afin de répondre à plusieurs questions posées par la majorité municipale sur le projet des Vaîtes. 

Voici les grandes lignes du dispositif innovant mis en place par les écologistes et les communistes formant la majorité au Conseil municipal, pour décider de l'avenir d'un quartier, le quartier des Vaîtes. Un des élus pro-béton a exprimé sa "crainte que ce soit madame VIGNOT qui dicte ses conclusions" aux Vaîtes".  On verra !

En attendant, nous dédions ce proverbe aux 31 espèces animales protégées des Vaîtes :

"Qui vivra verra, qui mourra saura".

Voir les commentaires

Dossier complet sur les Vaîtes dans La Presse Bisontine

21 Janvier 2021, 13:26pm

Publié par Association les Vaîtes

Nous vous invitons à lire le dossier de 6 pages sur les Vaîtes dans La Presse Bisontine - fév 2021 : Les Vaîtes l'interminable feuilleton qui empoisonne la mairie depuis 15 ans

- les 12 experts du GEEC qui décideront de l'avenir des Vaîtes : qui sont les 12 membres ?

- les Vaites s'embourbent depuis 15 ans : 15 années de procédures et de polémiques ont émaillés ce projet

- le GEEC joue sa crédibilité scientifique alors que le Conseil National de la protection de la nature placé sous l'autorité du ministre de l'Ecologie a émis en février 2019 un avis défavorable au regard des espèces protégées.

- le mot éco-quartier n'est pas une garantie écologique

- l'architecte-urbaniste François GRETHER qui a déjà été retenu pour le même appel d'offres en 2012 et en 2016 a candidaté au nouvel appel d'offres lancé par la mairie en novembre 2020

- l'aménageur T25 prend son mal en patience

- une propriétaire d'un terrain poursuit un combat judiciaire pour contester le prix dolosif d'expropriation 

- trois maires successifs, une méthode brutale

- Ludovic FAGAUT, "il faut stopper immédiatement le projet"

- le Groupe L.R.E.M -MoDem : ils sont les derniers à défendre la poursuite du projet

- Zone à défendre ou à détruire : la vigie de la ZAD a été démontée après une dégradation volontaire

- Quid de la future école aux Vaîtes ? 

 

Voir les commentaires

Lettre ouverte des associations Les Vaîtes et Les jardins des Vaîtes

16 Janvier 2021, 19:58pm

Publié par Association les Vaîtes

Le 12 septembre, Mme la Maire, a annoncé la nomination de M Hervé RICHARD à la présidence du GEEC. Le GEEC devait être formé début octobre, sa composition et sa méthodologie rendues publiques. Etonnament tout patine depuis ! La Mairie repousse de mois en mois la communication de ces informations même aux Conseillers municipaux !

Le président nous indiquait par courriel le 14 décembre, que le rapport du GEEC qui devait être rendu fin décembre, le sera fin janvier en raison de la situation sanitaire. Parallèlement le directeur de Cabinet de Mme la Maire indiquait à l'association des jardins des Vaîtes que le GEEC sera créé lors du Conseil municipal du 28 janvier 2021. Un rapport rendu fin janvier pour un GEEC constitué le 28 janvier, ce n'est pas très crédible...

L'association des jardins des Vaîtes et l'association les Vaîtes ont rédigé une lettre ouverte reproduite çi dessous afin de dénoncer les incohérences mais aussi l'opacité à tous les étages qui entourent cette commission.

Impossible de trouver l'adresse de contact du GEEC sauf à écrire sur l'adresse courriel professionnelle du Président du GEEC pour qu'il vous communique l'adresse courriel du GEEC. Le GEEC travaillera sans rencontrer les intervenants de terrain. L'association Les jardins des Vaîtes est une association de défense de l'environnement, l'association les Vaîtes est engagée dans une démarche de préservation du quartier des Vaîtes depuis 2005. Pourtant nos deux demandes de rencontrer le GEEC, même à distance, ont été balayées par le Président du GEEC invoquant un manque de temps.

Ce n'est donc pas cette raison qui motive le report de la date de restitution du rapport du GEEC au 11 mars.

Bien entendu... ce report n'a aucun lien avec l'envoi de la lettre ouverte commune à nos deux associations dénonçant les incohérences !

Le projet des Vaites est mal parti depuis qu'il a été engagé par l'équipe FOUSSERET, quand un projet est aussi mal parti, bien souvent il finit mal !

Des zadistes aux Vaîtes, cela n'est-il pas suffisant pour que la nouvelle équipe municipale entende raison ?

Lettre ouverte de l'association les Vaîtes et de l'association des jardins des Vaîtes - janvier 2021
Lettre ouverte de l'association les Vaîtes et de l'association des jardins des Vaîtes - janvier 2021
Lettre ouverte de l'association les Vaîtes et de l'association des jardins des Vaîtes - janvier 2021 p2
Lettre ouverte de l'association les Vaîtes et de l'association des jardins des Vaîtes - janvier 2021 p2
extrait article Est Républicain 16 janvier 2021 et lien vers l'article
extrait article Est Républicain 16 janvier 2021 et lien vers l'article

 

Voir les commentaires

La vigie des Vaîtes a été démontée - article publié par France3

5 Janvier 2021, 10:34am

Publié par Association les Vaîtes

Nous vous invitons à lire l'article de la journaliste Isabelle BRUNNARIUS publié par France 3-régions-FranceTV, qui relate le point de vue des habitants, de l'association les Vaîtes, de l'association des jardins des Vaîtes, des militants et de Madame la maire. 

Besançon : La Vigie des Vaîtes a été démontée (francetvinfo.fr)

Nous sommes perplexes et très sceptiques sur l'annonce de Mme VIGNOT et la réalité des bonnes intentions qu'elle affiche dans les médias alors que dans le même temps, elle vient de passer un appel d'offres pour retenir un architecte urbaniste conseil dont le coût de la mission pourra atteindre 190 000 €. Nous nous sommes procurés le cahier des charges de cet appel d'offres, la mission de conseil et d'assistance au maitre d'ouvrage dans le cadre de la mise en oeuvre du projet d'aménagement urbain comporte des instructions très claires, des directives explicites de bétonisation d'îlots avec un planning défini. 

Arguments peu convaincants ou gros mensonges ? - lesvaites.com : aidez-nous à sauver le quartier des Vaîtes ! 1000 logements, destruction de l'habitat de plus de 31 espèces animales protégées = projet dément !

extrait de l'article de Isabelle BRUNNARIUS :

Anne Vignot  continue à prôner le dialogue sur ce dossier de l’éco quartier des Vaites

La maire écologiste de Besançon se dit très contente que cette tour soit démontée, elle présentait un danger. “De toute façon, il n’y a plus personne sur le terrain, et va se mettre en place le dispositif que j’avais promis à savoir un GIEC, une étude, un conseil citoyen, et après on discutera de façon très factuelle sur l’avenir de ce quartier” explique la maire de Besançon.

Voir les commentaires

Démontage de la Vigie par les habitants et les militants

3 Janvier 2021, 20:45pm

Publié par Association les Vaîtes

Plus de 30 habitants et militants se sont rejoints ce matin pour le démontage de la Vigie des Vaîtes rendu nécessaire par le sabotage d'une sangle et d'une corde le 31 décembre. Avec cette sangle sectionnée, certes réparée mais avec le risque que le ou les saboteurs récidivent, il n'était plus possible de laisser la tour en l'état sans surveillance la nuit.

Nous avons tous travaillé jusqu'à 16h30 avec la bienveillance des passants et promeneurs unanimes pour défendre la nature qu'ils viennent trouver aux Vaîtes et s'opposer au projet d'urbanisation prévu par la mairie. Organisation méthodique, sécurité, respect des gestes d'hygiène sanitaire et du couvre feu, sans oublier la convivialité autour d'excellentes galettes préparées par Rosalie !

Nous avons le plaisir de vous faire partager en images les étapes de ce chantier, habitants et militants ont contribué à sécuriser le quartier contre les agissements de saboteurs mais en restant plus que jamais opposés à la bétonnisation des Vaîtes.

La vigie a été démontée en douceur, toutes les pièces ont été rangées et stockées dans le plus grand respect des règles de l'art... n'en déplaise aux experts de la mairie qui ont soufflé leurs inepties à Madame la Maire.

démontage de la vigie des Vaîtes - 1ère étape dévisser le toit en étant assuré et sécurisé par son baudrier d'escalade
démontage de la vigie des Vaîtes - 1ère étape dévisser le toit en étant assuré et sécurisé par son baudrier d'escalade
Démontage de la vigie des Vaîtes - 1ère étape dévisser le toit en étant assuré et sécurisé par son baudrier d'escalade
Démontage de la vigie des Vaîtes - 1ère étape dévisser le toit en étant assuré et sécurisé par son baudrier d'escalade

 

e étape démonter les fermes et les rambardes. Chaque morceau de bois a été numéroté avant d'être rangé
démontage de la vigie des Vaîtes - 2ème étape démonter les fermes et les rambardes. Chaque morceau de bois a été numéroté avant d'être rangé.

 

démontage de la vigie des Vaîtes - 5ème étape atterissage en douceur de la charpente de la Vigie retenue avec de nombreuses cordes
démontage de la vigie des Vaîtes - 5ème étape atterissage en douceur de la charpente de la Vigie retenue avec de nombreuses cordes
démontage de la vigie des Vaîtes - 5ème étape atterissage en douceur de la charpente de la Vigie retenue avec de nombreuses cordes
démontage de la vigie des Vaîtes - 5ème étape atterissage en douceur de la charpente de la Vigie retenue avec de nombreuses cordes
Démontage de la vigie des Vaîtes - démontage de la charpente
Démontage de la vigie des Vaîtes - démontage de la charpente
Démontage de la vigie des Vaîtes - la vigie est désormais démontée, rangée, chaque morceau étant numéroté
Démontage de la vigie des Vaîtes - la vigie est désormais démontée, rangée, chaque morceau étant numéroté

 

Voir les commentaires

Sabotage de la Vigie des Vaîtes

30 Décembre 2020, 19:32pm

Publié par Association les Vaîtes

En passant devant la vigie ce soir, nous avons constaté qu'une sangle pendait, en s'approchant nous avons vu qu'elle a été sectionnée nette ainsi que la corde retenant la vigie au même pieu.

Comme vous pouvez le voir sur les photos, la sangle ne s'est pas effilochée, elle a été coupée. Le fait que la corde retenant la vigie du même côté soit également coupée nous conduit à conclure à un sabotage. De plus, cette sangle retient précisément la vigie de la poussée des vents dominants actuellement. Cette action a donc été conduite délibérément dans le but que la Vigie s'effondre.

Au-delà de l'intention de celui/celle ou ceux qui en sont à l'origine, cette action est dangereuse, elle pourrait blesser voire être meurtrière ! Elle est insidieuse car une seule sangle a été coupée.  

Ce sabotage a été rendu possible par l'abandon du site par les derniers zadistes. Il reste toutefois une surveillance du site, peu après notre arrivée sur les lieux une personne est arrivée et nous a indiqué que la sangle aurait été coupée depuis la nuit du 29 au 30 décembre.

Il ne nous était pas possible de faire tomber la Vigie pour sécuriser le site, la sangle a été consolidée en la rafistolant. Il est désormais urgent que les activistes qui ont participé à la Vigie la démontent puisqu'ils n'en assurent plus la sécurité face à des saboteurs qui n'ont pas hésité pas à mettre en danger des personnes.

Sabotage de la Vigie des Vaîtes - sangle coupée nette le 30 décembre
Sabotage de la Vigie des Vaîtes - sangle coupée nette le 30 décembre
Sabotage de la Vigie des Vaîtes - sangle coupée nette le 30 décembre
Sabotage de la Vigie des Vaîtes - sangle coupée nette le 30 décembre
Sabotage de la Vigie des Vaîtes - sangle coupée nette le 30 décembre
Sabotage de la Vigie des Vaîtes - sangle coupée nette le 30 décembre
Sabotage de la Vigie des Vaîtes - sangle coupée nette le 30 décembre
Sabotage de la Vigie des Vaîtes - sangle coupée nette le 30 décembre

 

Voir les commentaires

La vigie des Vaîtes est toujours debout !

28 Décembre 2020, 22:27pm

Publié par Association les Vaîtes

a vigie des Vaîtes toujours debout ! Résiste aux vents forts de 85 km/h le 28 déc 2020
la vigie des Vaîtes toujours debout ! Résiste aux vents forts de 85 km/h le 28 déc 2020

Mme la Maire ne devrait pas prendre pour du bon pain les affirmations que lui soufflent les experts de la mairie dont elle s'entoure. "La vigie des Vaîtes présente un danger car elle n'est pas construite dans les règles de l'art". Et pourtant, alors qu'une belle tempête vient de traverser la France et de causer des dégâts dans la région et à Besançon, la vigie est toujours debout !

Elle a résisté à des vents de 85 km/h la nuit dernière, mais si cet édifice a été conçu pour passer l'été et l'automne, il ne l'est certainement pas pour affronter l'hiver et ses tempêtes ! Les quelques zadistes qui occupent encore le site vont-ils accepter ce constat ?

D'autant plus que la grande majorité des occupants avait décidé en Assemblée générale de sécuriser le site juste avant le confinement de fin oct. Ils avaient d'ailleurs nettoyé et débarassé à la déchéterrie un volume phénoménal de tapis, matelas, couvertures aux odeurs pestilentielles.

Une poignée de zadistes est revenue le 30 oct. Ils ont détruits les protections destinées à sécuriser le site, et la ZAD est devenue sale.

C'est dommage, ce n'est pas la meilleure image à présenter ! Face à Territoire 25 qui a saccagé notre quartier, ce n'était pourtant pas difficile de faire mieux que l'aménageur !

Si la vigie a résisté, le toit de l'agora qui est la construction principale n'a pas pu être posé. Les bâches résistent mal aux vents forts.
Si la vigie a résisté, le toit de l'agora qui est la construction principale n'a pas pu être posé. Les bâches résistent mal aux vents forts.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>