Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
lesvaites.com  : défendre le quartier des Vaîtes contre la bétonisation ! La mairie veut construire 1150 logements et détruire l'habitat d'espèces animales protégées !

Merci de votre fidélité sur www.lesvaites.com

3 Décembre 2007, 06:15am

Publié par Association les Vaîtes

 45 195 visiteurs uniques se sont connectés sur le blog depuis oct 2005 et ont vu 168 836 pages ! (si un visiteur se connecte plusieurs fois dans la journée = 1 seule visite au compteur). 

Chaque mois environ 3 000 visiteurs uniques fréquentent le blog des Vaîtes.

Le compteur qui s'affiche sur le blog n'est pas très fiable et prend régulièrement du retard. Cliquez sur le lien rouge pour lire les chiffres officiels donnés par notre hébergeur  :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/14/39/96/STAT-BLOG-NOV-2007.doc

Voir les commentaires

L'Est Républicain réveille les Vaîtes ?

29 Novembre 2007, 22:34pm

Publié par Association les Vaîtes

Bernard PAYOT a écrit dans l'Est Républicain du 28/11/2007, un article dans la chronique "le fait du jour". Cette est destinée à exprimer avec un certain humour, un trait d'humeur de la rédaction.
Voici la réponse que j'ai adressée à Bernard  PAYOT à la suite de son article auquel je voulais apporter les précisions suivantes. 
Le Président de l'Association Chaprais-Rotonde m'a également soufflé que "la ZAC des Batignolles dans le XVII est située en périphérie de Paris, le long des voies ferrées et la hauteur des immeubles n'est pas susceptible de gêner des voisins...."
------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonsoir,

Je voudrais vous dire que j’ai beaucoup apprécié votre article qui m’a beaucoup fait sourire par le ton allègre et pétillant de votre écriture.

Comparaison n’est pas raison, vous le savez bien !

Besançon n’est pas Paris… Les problèmes de logements entre nos 2 villes sont bien différents.

Dans les années 60/70, BESANCON était la 2ème  ville de France, après GRENOBLE pour le développement et l’activité économique. Mais aujourd’hui les problèmes de Besançon ne sont plus ceux d’une grande ville de France.  Alors Paris… Paris c’est un autre univers !

Paris concentre et attire une population toujours plus nombreuse.  La population  de Besançon ne cesse de baisser depuis 30 ans puisqu'étant passée,  selon l'INSEE,  de 120 315 en 1975 à 115 400 en  2005.  Et de ce fait, les problèmes de logements sont réels à Paris, alors que la Ville de Besançon construit essentiellement pour régler ses problèmes de fiscalité locale…

Plus grave, la Loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) a été écrite en grande partie pour répondre à la situation dramatique du logement dans la région parisienne.

Par exemple la règle sur le quota des 20% de logements sociaux dans les villes. A ce titre Besançon dépasse les préconisations de la Loi avec…26.5% de logements sociaux alors que les logements sociaux sont quasiment absents du reste de l’agglomération bisontine…

Autre exemple, la loi Borloo (article 4 III 2° ajoutant un alinéa d à l'article 123-2 du code de l'urbanisme) autorise les maires à transférer sur le secteur privé la charge de construction du logement social. Le texte de cet article : "délimiter des secteurs" ne semble pas avoir été écrit pour que cette délimitation soit généralisée à la quasi-totalité d’un territoire communal (sauf quelques quartiers étonnamment privilégiés). C’est pourtant le cas à Besançon.

Un architecte de la qualité de François GRETHER conçoit des réalisations en fonction du contexte et à ce titre, vous avez raison ; il sait prendre de la hauteur ! Si une densité importante est nécessaire à Paris, elle est totalement superflue à Besançon. Jusqu’à preuve du contraire, l’attractivité de Besançon ne réside pas dans son pouvoir économique mais dans sa qualité de vie et son environnement.

Cordialement

Eric DACLIN.

Porte parole de l’association Les Vaîtes.

Il vous reste 6 unité(s) article(s) à consulter.

Archives - Article paru dans l'Est Républicain en page / BESANÇON

Hauteur

Face à un problème, chacun voit toujours midi à sa porte. Mais, il n'est jamais inutile de lever les yeux pour regarder autour de soi.
Dans son édition du 24 novembre, «Le Monde» fait ainsi état du projet des Batignolles à Paris.
Sur une friche SNCF de 40 hectares, une ZAC est en train de voir le jour pour «accueillir», à partir de 2010, un programme comprenant des bureaux, trois écoles, deux crèches et 3.500 logements sociaux et privés.
Pour Bertrand Delanoë, l
'ambition n'est pas mince. Pour lui, il s'agit tout simplement de créer un nouvel «éco-quartier», véritable vitrine de sa future politique de la ville.
Du côté des Vaîtes, la formule devrait rappeler un petit air de déjà entendu. Mais, que les habitants se le tiennent pour dit. Ce n'est pas tout à fait le fruit du hasard.
L'architecte des Batignolles, en effet, n'est autre qu'un certain François Grether...
Pour lui, pourtant, les débats parisiens n'ont rien à voir avec les joutes bisontines. Dans le 17e, la lutte politique est féroce. Et, au nom de l'urgence du logement social, le PCF va même jusqu'à demander des immeubles de 50 m au lieu des 37 autorisés.
Vu sous cet angle, on comprend mieux pourquoi, face à l'ardeur des amis d'Éric
Daclin, l'urbaniste des Vaîtes a une telle facilité à prendre de la hauteur.

Bernard PAYOT

© L'Est Républicain - 28.11.2007

Voir les commentaires

Les Vaîtes TV : les grandes lignes du projet de la mairie pour les Vaîtes.

25 Novembre 2007, 21:30pm

Publié par Association les Vaîtes

La réunion publique organisée par la mairie, le 10 oct. 2007 a duré 3 heures !
Beaucoup de longueurs et pas mal de chicaneries inutiles, sur le thème de quand on cherche le vaîtois, on le trouve...".
Tout cela, ce n'est pas ce qui intéressait les habitants du quartier.

Comme l'esprit de polémique n'est pas de notre côté, nous vous faisons grâce de ces longueurs ainsi que des mots déplacés que nous mettrons sur le compte de l'énervement.

Voici en 5 minutes, les passages qui vous intéressent.
Que va devenir notre quartier ?
Quels sont les grandes lignes du projet de la mairie ?
- une zone dense avec des bâtiments plus serrés, des commerces, un transport en commun en site dédié (TCSP).
- une zone plus verte, plus paysagère.
(grosso modo, celle qui est en pente au bord de la colline).

Les habitants du quartier auraient aimé plus de précision.
Une fourchette de prix concernant les terrains qu'on leur prendra ainsi qu'une approximation du nombre de logements qui seront construits.

Après avoir réalisé une synthèse de cette réunion pour répondre aux questions !
1. pourquoi : qu'est ce qu'un éco-quartier?
http://www.lesvaites.com/article-13706129.html et http://www.lesvaites.com/article-13268253.html
2.  comment : http://www.lesvaites.com/article-14086014.html
La prochaine vidéo répondra à la question : quand.
Nous évoquerons le calendrier prévisionnel du projet.

Cliquez sur le lien rouge ci-dessous pour lire la vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/x3l2ld_les-projets-de-la-mairie-amenagemen_politics


Les projets de la mairie aménagement des Vaîtes

Voir les commentaires

Génial le site www.besancon.fr !

21 Novembre 2007, 08:30am

Publié par Association les Vaîtes

Génial !
Le site internet de notre bonne ville a évolué et supporte désormais des vidéos !
La Mairie a bien compris l'intérêt de la vidéo pour communiquer.

cliquez sur le lien pour voir la vidéo.

  http://www.besancon.fr/index.php?p=929&art_id=2930


Grand jeu quiiizz !

Cette vidéo est-elle :
A.  un film présentant la vie dans le futur quartier des Vaîtes, dans 5 ans ?
B.  la prise de conscience, tant attendue, de notre mairie d'oeuvrer pour faire respecter un élémentaire ordre citoyen.

la réponse est : Bravo pour cette vidéo courte et dont le ton est fort juste !

Voir les commentaires

Le vaste projet de constructions d' immeubles à Besançon mérite un sérieux réexamen...

17 Novembre 2007, 20:36pm

Publié par association Les Vaîtes

Nous venons de recevoir ce communiqué de presse du mouvement Franche-Comté de Jean-philippe ALLENBACH. L'analyse nous semble intéressante, c'est la raison pour laquelle nous la relayons.

COMMUNIQUE DE PRESSE

La décision  de la municipalité de se lancer dans un vaste projet de constructions d' immeubles  à Besançon au prix d’une transformation irrévocable de notre environnement naturel, de tensions dans les quartiers et  de nouvelles dépenses municipales considérables  était  fondée sur des prévisions démographiques qui méritent aujourd’hui un sérieux réexamen. 

 

En effet, le PLU posait  comme axiome «  De 2005 à 2020, l’agglomération de Besançon devrait compter 
20 000 habitants supplémentaires, dont  13 000 sur la ville centre ( …) ceci  conduit à devoir construire 800 logements neufs par an ».  Or, il n’a jamais  été  démontré  pourquoi   la population  de Besançon qui ne cessait de baisser depuis 30 ans puisqu'étant passé,  selon l'INSEE,  de 120 315 en 1975 à 115 400 en  2005,   allait tout d'un coup et comme par miracle augmenter brutalement à partir de  2005 !

 

Ensuite,  le PLU posait  comme deuxième axiome que compte tenu de l’augmentation du pourcentage  des personnes  seules «   les prévisions pour 2020 font état d’une nécessité de 540 logements environ pour 1 000 personnes ». Or,  selon les prévisions de  l’INSEE (site : INSEE / n°1106), il faudra en 2020 non pas   540  mais seulement 462 logements pour 1 000 personnes.  Cela signifie que pour  120 000 habitants il faudra 55 440  logements  et non pas 64 800 soit 9 360 de moins que ce qui a été calculé  par  la mairie !

 

Dans ces conditions et compte tenu de l’existence de 5 000 logements vacants  et d'une offre considérable  à la vente comme   à la location sur Besançon ainsi que  de la baisse actuelle du marché de  l’immobilier,  le MFC demande qu’il soit par précaution mis d’urgence fin à la  politique effrénée  et onéreuse de nouvelles constructions dans les quartiers tant que les  hypothèses démographiques de départ n’auront pas été sérieusement réexaminées.   Il demande également  que la mairie  fasse savoir si sa prévision de  20 000 habitants  supplémentaires (dont 13 000 sur la ville centre)  sur   2005/2020 soit   4 000 (dont 2 600 sur la ville centre)  en  2005, 2006 et 2007 s'est bien réalisée. 
 
Jean-Philippe Allenbach
Président

Voir les commentaires

Qu'est-ce qu'un éco-quartier ? Voici des exemples d'éco-quartier.

11 Novembre 2007, 08:30am

Publié par Association les Vaîtes

Vous savez que depuis sa création, l'association les Vaîtes contribue à diffuser une information que nous souhaitons la plus complète.
A ce titre, nous avons répondu à la question que beaucoup se posent : qu'est-ce qu'un éco-quartier ?
Pour cela nous avons présenté l'intervention de M Alain BOURNAREL, urbaniste écologiste, le 10 octobre 2007.
Après la définition complète, voici des exemples de réalisations d'éco-quartier.
La prochaine séquence montrera les pistes qu'envisage la municipalité sur le quartier des Vaîtes.

cliquez sur le lien ci-dessous pour lire la vidéo.



http://www.dailymotion.com/video/x3g415_alain-bournarel-exemples-eco-quarti_politics

Alain bournarel : exemples eco quartier

Voir les commentaires

Rattachement des Vaîtes au gigantesque Conseil de quartier de Palente-Orchamps-Sarragosse ou comment le petit poucet va être mangé...

5 Novembre 2007, 13:08pm

Publié par association les Vaîtes

Lorsqu'en 1996, la municipalité a pris l'initiative d'instaurer des Conseils de quartier, dans le cadre de la "politique de la ville" (traduisez la politique des quartiers chauds), l'objectif réel est apparu flagrant plusieurs années plus tard. 
Il s'agissait en fait de contrôler l'expression de la démocratie de proximité et de la canaliser en essayant de repasser à la population la patate chaude de la créativité vis à vis des questions sociales.

Le découpage de ces "quartiers" était fait en sorte de mélanger quand les adjacences le permettaient, des quartiers réels, différents par leur urbanisme et leur sociologie.
C'est ainsi par exemple que le paisible quartier des Vaîtes a été mélangé avec les Clairs soleils et Vareilles...
De nombreux habitants du quartier ont protesté dès le début et ont continué à protester (par ex : Guy MOUROT). Certains ont préféré jouer le jeu et adhérer au Conseil de quartier (par ex : Eric DACLIN) pour en partir 2 ans après, déçu par le verrouillage de l'expression démocratique par la municipalité.

Ce soir, en Conseil municipal, sera débattu le rattachement du quartier des Vaîtes au Conseil de quartier de Palente-Orchamps.

Malgré la concertation dont se targue la municipalité, nous n'avons pas été prévenus. 
La seule personnalité politique qui nous ait demandé notre avis est Jean ROSSELOT, qui nous a téléphoné ce matin.

Notre réponse est NON !
Le quartier des Vaîtes est historiquement rattaché aux Chaprais,
avec un clocher, celui de St Martin des Chaprais.
Historiquement parce que les Vaîtes font partie de la paroisse des Chaprais.
Historiquement parce les Vaîtes vont faire leurs courses aux Chaprais.
Historiquement parce que les habitants des Chaprais viennent se promener aux Vaîtes le dimanche et vont faire leur jardin aux Vaîtes.

Alors pourquoi ne pas nous rattacher aux Chaprais ?
Nous osons espérer que ce n'est pas la volonté d'éviter au sein du Conseil de quartier des Chaprais, le regroupement de  2 associations qui ne sont pas dans le moule et ne rentrent pas dans le rang : Chaprais-Rotonde et les Vaîtes...
Alors pourquoi ?
Pourquoi nous rattacher à ce GIGANTESQUE Conseil de quartier de Palente-Orchamps-Combe Sarragosse qui va regrouper tout l'Est bisontin ?
Est-ce pour entamer un vaste regroupement des Conseils de quartier pour n'en former plus que 5
sur Besançon : Est - Ouest - Nord - Sud et Centre ?
Si la municipalité ne procède pas à un tel regroupement, nous ne comprendrons pas notre rattachement à ce gigantesque Conseil de Quartier... sauf à vouloir nous noyer et nous fondre dans une telle masse...
Triste démocratie !

Voir les commentaires

L'association les Vaîtes vous informe avec "les Vaîtes TV"

23 Octobre 2007, 20:00pm

Publié par Association les Vaîtes

Depuis sa création, l'association les Vaîtes contribue à diffuser une information que nous souhaitons la plus complète.
A ce titre, nous avons écouté avec attention M Alain BOURNAREL, urbaniste écologiste, le 10 octobre 2007.
On parle beaucoup d'éco-quartier... on pourrait d'ailleurs plagier le Général de Gaulle "ils crient éco-quartier, éco-quartier, en sautant comme des cabris (!)... 
Mais qu'est-ce qu'un éco-quartier ?
Ecoutons, M Alain BOURNAREL qui nous en donne une définition complète.
Nous poursuivrons ce reportage signé "les Vaîtes TV" par d'autres séquences.
La prochaine séquence montrera de nombreux exemples d'éco-quartier.

cliquez sur le lien ci-dessous pour lire la vidéo.
 
http://www.dailymotion.com/video/x3abi3_alain-bournarel-questce-quun-ecoqua_politics

Alain BOURNAREL qu'est-ce qu'un éco-quartier 10 oct 2007

Voir les commentaires

SVP tenez vos promesses et faîtes une vraie concertation !

21 Octobre 2007, 21:01pm

Publié par association les Vaîtes

foule-dans-la-salle.JPGEnsuite M GRETHER nous a expliqué longuement quelles pourraient être les hypothèses du tracé du TCSP (transport en commun en site dédié). Nous préférons le qualificatif dédié, parce qu’il ne faudrait pas laisser place à la confusion avec la propreté tant utilisée dans le discours écologiste actuel.

Suite de l'article publié le 19 oct...

Et après de longues explications sur les emplacements possibles des stations du TCSP, M GRETHER nous a présenté les hypothèses (toujours des hypothèses) d’implantation des voies de circulation.

Mais dites, au fait, pour faire des hypothèses d’implantation des stations d’un transport en commun, des voies de circulation… ne faut-il pas avoir un tantinet défini la densité de la population et où elle sera implantée ?

Mais ces français sont décidément grognons après cette ½ finale…

Alors subitement, M GRETHER a projeté ce qu’il a appelé son parti-pris. Il l’a qualifié également de schéma sommaire d’intentions.

Nous avons pu voir une image projeté présentant d’un côté des zones constructibles où seraient construit un éco-quartier, + dense, + serré, + desservi par les transports en commun, les commerces.

De l’autre une partie plus noyée dans la verdure, la nature.

 

Ensuite viendra l’implantation d’une école, de commerces. « toutes ces solutions on commence à les tester » nous a précisé M GRETHER.

 

Vint ensuite le jeu des questions et des réponses.

Et là, comme lors de la ½ finale, on a pas pu dire : « bôôh jeu !

 

Intervention de Guy MOUROT

Pour répondre à M le Maire qui s’attend « à des coups tordus » à l’approche des municipales, Guy MOUROT précise :

-tout d’abord avant de poser une question, que notre association est absolument apolitique et entend bien le rester.

-puis Guy MOUROT pose une question présente dans beaucoup de têtes des habitants des Vaîtes : « qu’est ce qu’on va nous amener dans un quartier calme, sans tags, sans violence ? »

Immédiatement, M le Maire lui a coupé la parole et a répondu sèchement : « je ne peux pas laisser dire cela ».

Alors que la question de Guy MOUROT n’était pas formulée entièrement.

En effet, c’est seulement après l’intervention agressive de M le MAIRE que notre Président a pu terminer sa question comme il l’avait prévu. « nous admettons très volontiers une partie de logements sociaux attribués à qui que ce soit sans distinction de niveau social, de race, de couleur, de religion. En espérant seulement que ces futurs occupants se comportent correctement, en ayant conscience qu’à côté des droits de l’Homme, il y a également des devoirs des hommes, en respectant les règles élémentaires de comportements citoyens : respect des personnes et respect des biens d’autrui. Nous apprécierions qu’on nous épargne, les semeurs de troubles, les violents, les révoltés… »

 

Comment s’étonner qu’une personne de près de 75 ans, qui a toujours habité ce quartier paisible, se pose cette question ?

Et M le Maire a rappelé ensuite qu’il y aura une mixité sociale, des logements pour jeunes primo-accédants, des petites copropriétés, du locatif.

Mais au fait, M le Maire, on n’a pas parlé d’argent.

Combien coûte un éco-quartier ?

Les spécialistes que nous avons interrogé nous on répondu entre 30 et 50% de plus. Alors sur la base d’un prix moyen du m2 à Besançon (2 650€/m2). L’addition pourrait alors atteindre près de 4000 €/m2 !

Soit 240 000 à 280 000 € pour un jeune couple achetant 60 à 70m2 !

Soyons sérieux, quels primo-accédants pourront se le permettre ?

 

Mais alors, le prix de 3.81€/m2 qui a été annoncé pour les terrains…

Même si ensuite le Maire nous a dit que ce prix ne reflétait pas la valeur de nos terrains, il n’a jamais voulu nous donner ne serait-ce qu’une fourchette de prix.

Espérons que ce n’est pas pour payer moins cher les terrains afin de réduire le prix des logements.

N’oublions pas que les maraîchers comptent sur la valeur des terrains sur lesquels ils ont versé leur sueur, pour compenser leur maigre retraite agricole de - de 900 €.


Eric DACLIN, le porte parole de l'association demanda ensuite à M FOUSSERET qu'il confirme les engagements tenus par M BORNOT lors de la réunion de l'AG de l'association du 6 juillet 2006. 

« A côté des maisons existantes, il n’y aura pas d’immeubles, il y aura des maisons ».

Réponse : « non ce n’est pas vrai ».

Pourtant 150 personnes l’ont entendu et une journaliste de l’Hebdo de Besançon a même rapporté ces propos dans son édition du 12 juillet 2006.

Dans cette situation, M FOUSSERET a une réponse facile :

« cette journaliste n’était pas présente à votre assemblée ».

Faux et surprenante réponse de la part du Maire qui n’a pas pu assister à notre AG puisqu’il était en Conseil Municipal…

Réponse à nouveau,  « je n’ai jamais dit cela. Si M BORNOT l’a dit, d’une part celui qui décide, ce n’est pas lui, c’est le Maire. D'autre part... ».

Nous préférons ne pas évoquer le second argument utilisé par M FOUSSERET car nous l’avons trouvé blessant pour son proche collaborateur.

Surprenante réaction.

Le 11 février 2006, M le Maire nous avait pourtant dit. « vous allez entendre des bruits de toutes part à propos de ce projet. Ce que je vous demande c’est de n’écouter que ce que ce que je (JLF) dis, M LOYAT dis et ce que dit M BORNOT. »

M BORNOT nous a été présenté comme un des meilleurs spécialistes du logement sur Besançon. Et il est vrai que nous avons apprécié ses compétences. Dommage que les compétences s’effacent derrière le politique.

 

Mais dans le cas présent, notre question n’était pas un piège.

Lors d’une conversation informelle récente, M BORNOT nous a précisé qu’il n'avait pas voulu dire « à côté des maisons existantes, il n’y aura pas d’immeubles » mais il voulait dire « à côté des îlots de maisons… ».

N’aurait-il pas été plus simple de le répéter lors de cette réunion publique ?

 

La devise de cette réunion semble être « Mais pourquoi faire court, quand on peut faire long… »

Dommage !

Nous avons relevé que les questions posées par la population étaient beaucoup plus agressives que celles des représentants de l’association.

Espérons que la prochaine réunion se déroulera plus simplement et avec plus d’efficacité.

L’association propose une nouvelle fois ses services à la Mairie.

Nous connaissons les habitants du quartier. Pourquoi ne pas nous associer à la préparation de ces réunions. Ce serait un bon début de réelle concertation. Nous avons réclamé cette concertation dès la constitution de notre association, et à ce jour, nous déplorons qu’elle soit pratiquement inexistante.

Guy MOUROT - Eric DACLIN - Pierre CHEVASSU - Thierry OUDOT - Hazem ZOCK - Chantal JOBARD - Jacqueline MOUROT - Claude MERCIER - Jean PERROT.

Voir les commentaires

On nous endort, la prochaine fois, nous ne reviendrons plus...

19 Octobre 2007, 04:50am

Publié par Association les Vaîtes

equipe-municipale-copie-1.JPG

On nous endort, la prochaine fois nous ne reviendrons plus... Telle était la réaction de la plupart des  habitants du quartier à la sortie de la réunion.

Voilà les réactions des habitants du quartier à la sortie de la réunion.

Bernard PAYOT de l’Est Républicain a bien relevé que cette réunion était longue et laborieuse.

Longue, parce qu’une réunion qui dure de 20h à près de 23h ; c’est incompréhensible quand on communique en direction du grand public.

Laborieuse, parce que le Maire a trop longtemps planté ses jalons (Bernard PAYOT a préféré l’expression plus diplomate : « mis les points sur le i »). Il a trop longtemps parlé d’honnêteté, de ce qu’il acceptait de l’association et ce qu’il n’accepte pas.

Une question : si la concertation avait été un vrai échange, cette mise au point n’aurait certainement pas trouvé sa place dans une réunion publique…

Et pourtant, l’idée était bonne de faire intervenir l’équipe GRETHER au complet.

Tout d’abord l’écologiste, Alain BOURNAREL. Mais son cours d’écologie, s’il était intéressant lorsque nous avons regardé la bande vidéo de la soirée, était trop long pour une réunion publique.

Son intervention aurait trouvé une place naturelle dans la concertation que nous aurions aimé avoir. Nous nous serions alors chargés de diffuser ces informations. Ses exemples de réalisation d’éco-quartier constituaient une illustration intéressante.
Guy MOUROT faisait remarquer ensuite avec justesse que M BOURNAREL nous a présenté beaucoup de verdure  dans les illustrations de ses propos. De la verdure ; nous en avons déjà avec nos jardins et nos vergers. 
Nous avons donc déjà un quartier très écolo. Est-ce bien cela qui sera réalisé ?
Mais difficile de penser qu'un Maire aussi agile en réunion publique ne se soit pas rendu compte de ces longueurs au fils de plusieurs réunions.

Ensuite, la Mairie a poussé l’audace jusqu’à faire intervenir un architecte paysagiste anglais à 3 jours de la ½ finale de rugby ! Même s'il s'agissait d'un personnage charmant et agréable : M Francis CREWS.

Mauvaise foi, direz-vous ? Encore des français qui digèrent mal leur défaite face au XV de la rose !

Nous publierons très prochainement la suite qui évoque les explications détaillées de M GRETHER, l'intervention de Guy MOUROT, de Eric DACLIN et des participants dans la salle.

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>