Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
lesvaites.com  : défendre le quartier des Vaîtes contre la bétonisation ! La mairie veut construire 1150 logements et détruire l'habitat d'espèces animales protégées !

Les terrains moins chers et LES LOGEMENTS ENCORE PLUS CHERS !

25 Novembre 2006, 21:59pm

Publié par éric daclin

Quel mécanisme pourrait engendrer un tel paradoxe ?                  Les prix des terrains moins chers pour ceux qui les vendront et les prix des logements plus chers pour ceux qui les achèteront !

La réponse est dans le projet de PLU !                                         Par sa disposition prévoyant que tout programme de plus de 9 logements (ou 800 m2 de SHON) devra comprendre 20% de logements sociaux (sur le quartier des Vaîtes par exemple) ; le projet de PLU conduit à cette aberration*.

Imaginez une construction de 10 logements. Pour obtenir son permis de construire, le projet devra être conforme à cette disposition générale du PLU. Le constructeur devra donc vendre 20% des logements à des organismes HLM.

 Question : A quel prix achèteront les organismes HLM ?      Au prix de vente des logements de standing ou au prix des logements HLM ?

 Les organismes HLM ne peuvent pas acheter trop cher leurs logements compte tenu du niveau des loyers qu'ils peuvent obtenir. Mais les organismes HLM ont aussi bien conscience de ce que le permis de construire ne sera pas accordé s'ils n'achètent pas 20% des logements ; ils seront en position de force pour définir LEUR PRIX !

 Les organismes HLM achèteront moins chers leurs 20% de logements.

 Il n’est pas besoin de verser une larme sur les promoteurs ; ils ne s’appauvriront pas...               Le constructeur reportera sur les autres acheteurs cette différence. Ce sont donc les voisins qui paieront. Les logements seront encore plus chers sur Besançon !

 Déjà que les prix de l'immobilier atteignent des sommets qui rendent délicate l'acquisition pour de plus en plus de familles ; cette mesure n'arrange pas leurs affaires.

 Voici donc un transfert sur le secteur privé et sur les particuliers d’une obligation qui incombe à la collectivité. Cela se traduit par un impôt municipal déguisé en faveur du logement social ! Voilà un effet pervers d'une bonne intention !

 Nous avons évoqué cette situation avec un Elu municipal compétent en urbanisme le samedi 4 nov. lors d'une conversation informelle. Comme la conversation n'avait pas de caractère officiel, nous préférons ne pas évoquer son nom. En revanche, si cet Elu souhaite apporter des compléments ; la tribune lui est naturellement grande ouverte sur ce site.

 Cet Elu nous a précisé qu'il est prévu que les constructeurs qui seront dans cette situation et qui contribueront à la construction de logements sociaux bénéficieront d'un prix de terrain minoré à concurrence du pourcentage de logements sociaux qu'ils construiront.

 Les organismes HLM bénéficient en effet d'un prix de terrain minoré. 

 C'est pourquoi nous affirmons que cette mesure minorera d'autant le prix des terrains qui seront vendus.  Nous sommes favorables à la mixité sociale, mais la construction de logements sociaux qui est déjà aidée par des mesures gouvernementales ne doit tout de même pas se faire à Besançon sur le dos de leurs voisins qui achèteront à prix fort les logements ni au détriment des propriétaires de terrains.

 Nous considérons arbitraire cette disposition générale du projet de PLU de Besançon. A notre connaissance, elle n'est pas prévue par la loi SRU.

 En toute honnêteté intellectuelle, il faut tout de même relever que cette mesure devrait contribuer à la mixité sociale. Au mélange plutôt qu’au ghetto ! Reste à voir comment se passera la cohabitation avec les voisins payeurs ?

 Si ces réflexions vous inspirent des idées !  Allez-vite les exprimer à la Commission d'enquête publique ! Votre opinion peut compter !

* Le projet de PLU distingue les secteurs S1 et S2 dans lesquels les programmes de plus de 9 logements ou 800 m2 de SHON doivent contenir respectivement un minimum de 10% de logements sociaux en S1 et 20% en S2.

Les seuls quartiers qui ne sont pas concernés par ces obligations sont des quartiers où il y a déjà largement assez de logements sociaux (Planoise, une partie de Palente et la Bouloie). En revanche nous sommes interrogatifs sur les raisons qui ont justifié que les quartiers de St Ferjeux, la Combe Sarragosse, le point du jour, Chaudanne et la Chapelle des buis soient épargnés par cette obligation de logements sociaux...

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/14/39/96/projet-plu-non-definitif-mixite-des-logements.pdf

(l'essentiel de la ville est en bleu sur le plan = secteur S2 : 20% de logements sociaux, en violet le secteur S1 (peu étendu) et en blanc les secteurs épargnés par cette obligation). 

Voir les commentaires

Le parisianisme de l'équipe municipale et la chimère !

24 Novembre 2006, 23:29pm

Publié par éric daclin

L'équipe qui a reçu les clés du pouvoir à Besançon dénonce en coeur avec les Verts l'expansion de la ville dévoreuse d'espace.
Ils dénoncent l'étalement urbain lié aux constructions de pavillons.
Ils alertent sur l'urgence de densifier l'habitat?
Ils ont tout à fait raison !
Dans les zones urbaines en expansion démographique, le besoin de logements se fait sentir. Ainsi dans la région parisienne, la ville dévore les champs et les forêts.
Mais vous en conviendrez, ce qui est vrai à Paris n'est pas forcément vérité à Chenecey Buillon ou Sancey le Grand...
 
Allons-nous demander aux agriculteurs de concentrer leurs logements pour économiser l'espace ?
Dans le sud de la France, ce serait se faire traiter de Fada ! Nous préférerons l'expression "parisianisme".
 
La ville de Besançon n'est pas un village rural assurément. Ce n'est pas non plus un centre urbain en expansion démographique.
 (insee)             1975        1982        1990        1999      01/07/2004

Nbre d'habitants   120 315    113 283    113 828   117733       114 900

à Besançon

 
 La ville dévoreuse d'espace et de forêt est une chimère* à Besançon.
Alors si au lieu de gober tout cru des concepts parisiens, on gardait les pieds sur terre ?
Si on se demandait à quoi aspirent les bisontins ?
Si on essayait de corriger les excès du passé ?
L'aspiration à devenir propriétaire de son logement est fondamentale. Or précisément Besançon compte une proportion importante de locataires par rapport aux propriétaires.
(Insee - 1999)    Besançon    Dole      Dijon    Lons      France

Propriétaires       31,30%     41,40% 40,90%  34,50%   55,30%

 Locataires         64,80%     54,10% 54,40%  61,40%  39,80%

  Ces chiffres ne vous inspirent-ils pas une conclusion radicalement différente de ce que le projet de PLU prévoit ? (peu de zones pavillonnaires prévues dans le projet de PLU et une zone dense et mixte dans le quartier vert des Vaîtes)

L'aspiration à habiter une maison avec un petit jardin est également très forte. Précisément Besançon compte une proportion importante de personnes habitant un immeuble collectif plutôt qu'un logement individuel.  

 

(insee - 1999)          Besancon   Dole      Dijon     Lons     France

Maisons individuelles  14,90%    40,70%  18,20% 22,60% 56,80%

Appartements            81,70%    55,60%  79,30% 73,90% 40,40% 

Ces chiffres ne vous inspirent-ils pas des idées radicalement différentes de ce que le projet de PLU prévoit ? (densifier les logements et construire des logements sociaux à Besancon sans favoriser leur répartition sur l'ensemble de l'agglo comme le suggère la propre agence d'urbanisme du Grand Besançon http://www.audab.org/iso_album/18_hlm.pdf ).

 
Alors le rôle de grands hommes politiques responsables, n'est-il pas de corriger ces excès et d'aller dans le sens des aspirations de la population ?
Et si on empêchait la ville tentaculaire de dévorer les espaces verts à proximité des lieux d'habitations, si on évitait de construire des logements denses dans cette zone verte des Vaîtes par exemple ?
Si on construisait des maisons de ville avec de petits jardins en préservant l'existant ?
Et pour l'écologie, si on alimentait ces logements avec une chaufferie collective bois ?
Assurément les décideurs politiques qui feraient ce choix oeuvreraient pour la qualité de la vie !
Qualité de la vie des futurs habitants du quartier et qualité de la vie de tous ceux qui apprécient se promener dans les Vaîtes le week-end ou le soir ! Qualité de la vie de ceux qui cultivent leur jardin ouvrier ! Qualité de la vie de pouvoir trouver des maraîchers à proximité du lieu de consommation !
Et nous qui pensions que l'objet de l'écologie était d'améliorer la qualité de la vie, le mieux-être et le mieux-vivre !
 
*Chimère : son nom se rattache à une racine désignant le froid, l'hiver (du grec "Kheimmôn" et du  latin "hiems"). La Chimère est la fille de Typhon et d'Echidna, et a le corps d'une chèvre, l'arrière d'un serpent et la tête d'un lion. Comme beaucoup d'autres monstres, la Chimère ravageait le territoire en crachant du feu comme l'urbanisation dense ravagera le "corridor écologique" des Vaîtes...
 
Si ces réflexions vous inspirent des idéesAllez-vite les exprimer à la Commission d'enquête publique !

Voir les commentaires

VOILA L'ENQUETE PUBLIQUE ! EXPRIMEZ VOUS !

16 Novembre 2006, 22:46pm

Publié par éric daclin

Vous avez des idées à propos du logement, du cadre de vie, de la densité des constructions (densité urbaine) ou de la fluidité de la circulation à Besançon !

Vous allez pouvoir vous exprimer ! La Mairie de Besançon a lancé l'enquête publique sur le projet de plan local d'urbanisme (PLU) sur l'ensemble de la Ville de Besançon.

C'est une étape indispensable en vue d'adopter le projet de PLU qui déterminera aussi certaines règles générales du projet des Vaîtes.

Les remarques de la population (vos remarques) pourront être prises en compte par les commissaires enquêteurs.

Les commissaires enquêteurs ne sont pas des agents municipaux ; ce sont des personnalités sans lien de subordination vis à vis de M le Maire. Leur mission est d'écouter la population et ensuite de rendre un avis.

La commission d'enquête est composée comme suit :  1 Président, 2 membres titulaires et un suppléant.
La commission d'enquête recevra le public en Mairie, 2, rue Mégevand  Salle Tristan Bernard, les :
- Lundi 13 novembre 2006 de 9h à 12h
- Vendredi 17 novembre 2006 de 15h à 18h
- Mercredi 22 novembre 2006 de 13h30 à 16h30
- Samedi 25 novembre 2006 de 9h à 12h
- Mardi 28 novembre 2006 de 16h à 19h
- Vendredi 1er décembre 2006 de 8h30 à 11h30
- Lundi 4 décembre 2006 de 9h à 12h
- Samedi 9 décembre 2006 de 9h à 12h
- Jeudi 14 décembre 2006 de 16h à 19h
- Samedi 16 décembre 2006 de 9h à 12h
- Mercredi 20 décembre 2006 de 9h30 à 12h30
- Samedi 23 décembre 2006 de 8h30 à 12h30

Pendant la durée de l'enquête sur le projet de P.L.U., les observations pourront  être consignées sur les registres d'enquêtes déposés en Mairie  ou être adressées par écrit au nom du Président de la commission d'enquête à la Mairie de Besançon.

Chacun peut donc exprimer ses idées !

Vous avez certainement des idées intéressantes ; alors venez vous exprimer !

Nous osons ce conseil : pour être bien entendu, préférez toujours le calme  plutôt que l'énervement ! Les remarques ou attaques personnelles contre M le Maire sont hors sujet et inutiles.

Par exemple, il est inutile de dire "tel Elu ne voudrait jamais avoir autant de logements près de chez lui". Expliquez plutôt pourquoi vous pensez qu'il n'est pas utile de construire autant de logements à Besançon ou pourquoi vous pensez qu'il faut répartir les logements sociaux entre Besançon et les villages plutôt que de les concentrer à Besançon !

Idem si vous pensez arbitraires les dispositions générales du règlement imposant aux personnes ou sociétés qui réalisent un programme de plus de 9 logements (ou 800m2 de SHON) de contenir au moins 20% de logements sociaux.

Cette obligation nous semble arbitraire car à notre connaissance, elle n'est pas prévue par la loi SRU http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=EQUX9900145L et Besançon dépasse déjà largement les obligations de la loi SRU (20%). Besançon compte déjà 24.5% de logements sociaux (au 1er janvier 2004). C'est d'ailleurs la conclusion de l'étude de l'agence d'urbanisme du Grand Besançon http://www.audab.org/iso_album/18_hlm.pdf : "les logements [sociaux] sont inégalement répartis sur les quartiers de Besançon et les communes périphériques. Comment les politiques publiques peuvent-elles favoriser un réajustement du parc social sur l'ensemble du territoire de la CAGB ? "

Vous avez beaucoup d'autres idées originales ! Exprimez vos idées !

Voir les commentaires

Les avancées de la Mairie

10 Novembre 2006, 23:30pm

Publié par éric daclin

Lors de la réunion publique du 4 novembre, nous avons pu échanger plus simplement avec la Mairie. Cette évolution est le résultat d'un changement de ton que nous avons relaté à plusieurs reprises depuis le printemps 2006.

Il reste toutefois vrai que comme le souligne Yves ANDRIKIAN dans l'Est Républicain du 5 nov. nos rapports restent encore teintés de méfiance de part et d'autre toujours prête à ressurgir.

Alors nous répétons à la Mairie que nous ne sommes pas des opposants systématiques et que nous savons être constructifs. Nous demandons à l'équipe municipale, alors qu'on parle actuellement de participation des citoyens au Conseil des Ministres ; nous, habitants du quartier nous demandons simplement à M le Maire à être associés à la construction de notre quartier. Associés, pas seulement consultés !

Il nous semble naturel que c'est cela la base de la démocratie... participative.    

M FOUSSERET et son équipe municipale ont fait des avancées. M LOYAT a souligné samedi les modifications apportées au projet de PLU le long de la rue de la Vaîte et dans le haut du chemin du Vernois. Ces avancées sont importantes et nous les saluons. Restent encore plusieurs demandes que nous avions faites concernant un petit groupe de 4 maisons dans le bas de la rue Anne Frank pour lesquelles nous avions demandé une sortie de la zone 1AUB pour les rattacher à la zone UD qui prévaut pour toutes les maisons de la rue.  Et concernant un autre groupe de maisons situées au début du chemin de Brulefoin avant l'IES Fontaine Argent. Ces maisons qui font partie de l'histoire de notre quartier pourraient facilement être préservées.  Ce serait encore une avancée appréciée de la Mairie.

Autre avancée : M FOUSSERET a annoncé le 6 décembre que la hauteur maximum des bâtiments sera de R+3. Il nous a précisé samedi avec son équipe que ce point sera validé et gravé dans le marbre du PLU. En effet, le quartier est situé dans une zone particulière ne comportant pas de bandes de couleur figurant au document graphique*. Dans notre zone le long des voies de circulation la hauteur maximum des bâtiments sera de R+3 sans pouvoir excéder 13m. Au dela d'une profondeur de 24m par rapport à la voie de circulation la hauteur maximum des bâtiments sera de R+2 sans pouvoir excéder 10m.

Ce point est capital et il constitue une promesse tenue par M FOUSSERET. Comme le sujet est complexe, nous lui demanderons une confirmation par courrier, ce qui ne devrait pas poser de problème.

Dernier point, dans notre article d'avant hier, nous annoncions qu'il serait bienvenu que M le Maire fasse une annonce concernant le prix du terrain de manière à rassurer. Nous avons une suggestion à ce propos.

Après la maladresse du prix dérisoire annoncé au début, cette nouvelle démarche est indispensable.

Comment rassurer alors qu'il semble qu'on ne puisse pas annoncer précisément un prix car le prix de chaque terrain dépendra selon M GRETHER de ce qui peut être construit dessus.

Comment ?

Par la méthode !

M le Maire a pris soin d'inviter les habitants pour que M GRETHER expose sa méthode de travail ; il a su nous rassurer. Il pourrait également lors de la prochaine réunion publique exposer la méthode d'évaluation d'un terrain.  Le prix sera t-il déterminé sur la base du prix d'un terrain constructible ? C'est ce que M le Maire avait annoncé le 6 décembre.  Ce point important n'a pas été entendu par les habitants car l'équipe municipale s'est empressée d'ajouter qu'il faudrait déduire du prix du marché, une partie des frais d'aménagement et de viabilisation.

M GRETHER a annoncé qu'à l'issue de la phase de diagnostic (en janvier) ; les conclusions tirées du diagnostic permettront de dégager des éléments essentiels qui constitueront le projet. A partir de ces éléments il est possible que M GRETHER et l'équipe municipale aient une idée sur le nombre approximatif de logements et puissent estimer les frais d'aménagements et de viabilisation.

Ainsi, M le Maire pourra devrait-être en mesure de nous donner une fourchette de prix de terrains qui permettrait de rassurer la population. En annonçant que le prix minimum des terrains sur la zone serait de 50 - 100 ou 150 € M le Maire gommerait les effets désastreux du prix dérisoire annoncé initialement et qui hante encore les esprits.

Réaliser des avancées destinées à calmer les esprits, expliquer ses méthodes avec transparence et associer les habitants et l'assoc à la construction de leur quartier ; telles nous semblent être les clés permettant d'ouvrir les portes de ce projet.

*les adhérents à l'association ont reçu des codes d'accès internet aux plans du quartier détaillant le projet de PLU. Les adhérents pourront donc visualiser ces bandes de couleur rouge (!) ou jaune sur d'autres zones mais pas dans notre quartier. 

Voir les commentaires

ARTICLES INTERESSANTS dans L'HEBDO !

8 Novembre 2006, 08:48am

Publié par éric daclin

Nous vous invitons à lire l'article paru dans l'hedo de Besançon de mercredi 8 nov. : "les Vaîtes à l'heure du dialogue".

Si vous poursuivez votre lecture sur les pages suivantes vous pourrez lire l'interview de Eric ALAUZET : "Besançon a le profil pour être la première grande ville de France dirigée par un vert".

Y aurait-il des tensions parmi nos décideurs qui semblaient si unis lors de la réunion de samedi 4 nov. ?

Le leader vert sera également candidat dans la 1ère circonscription du Doubs (l'une des 20 réclamées par les Verts aux Socialistes au plan national). ndlr : les verts sont verts de rage de la désignation de Barbara ROMAGNAN comme candidate à cette place qu'ils estimaient leur revenir légitimement. (Barbara Romagnan, jeune pointure du PS est secrétaire nationale du PS chargée de la rénovation. Elle vient de Lyon en entendant bien jouer un rôle politique à Besançon).

Voir les commentaires

Les habitants des Vaîtes sont-ils rassurés ?

6 Novembre 2006, 23:31pm

Publié par Eric DACLIN

 

Après la réunion publique du 4 nov. les habitants des Vaîtes sont-ils rassurés ?

C'est en effet la question qu'on peut se poser.

M François GRETHER est intervenu longuement. C'est l'architecte retenu pour l'étude de 12 à 18 mois qui permettra de préciser les conditions de réalisation du projet d'aménagement du quartier.

François GRETHER est né en 1941. Il a passé sa jeunesse à Dole, possède une maison dans le haut-doubs et un pied à terre dans le vignoble jurassien. Il a exercé pendant une longue période son activité au sein de services publiques (architecte urbaniste au ministère de l'intérieur d'Algérie, il a dirigé les études pour l'aménagement du secteur de la Villette, il a travaillé à l'atelier parisien d'urbanisme). En 1992, il crée sa propre agence et réalise la conception de nombreux projets urbains importants tels Euralille, Lyon confluence, Gerland, un écoquartier à Nantes Bottière-Chénaie et Nantes St Joseph de Porterie.

http://www.semclichy.com/images/upload/portfolio_img/img_grether_54.pdf

http://www.auao.org/index_fra.php?rub1=108&rub3=151&rubrique=151&rub2=150

Voici des éléments concernant le projet de Nantes Bottière-Chenaie. François GRETHER disait qu'il présente certaines similitudes avec le quartier des Vaîtes. (maraichers et taille : 35ha / 42 ha). Vous trouverez également des infos concernant le projet de Nantes St Joseph de Porterie (45ha - 1400 logements prévus).

http://www.projets-urbains.nantes.fr/la_ville_de_demain/les_nouveaux_quartiers/bottiere_chenaie/accueil-f-193.htm

http://www.projets-urbains.nantes.fr/la_ville_de_demain/les_nouveaux_quartiers/saint_joseph_de_porterie/presentation/accueilinterview_de_francois_grether-p-155.htm

Si vous avez trouvé un peu longue cette présentation (pourtant nécessaire), les habitants des Vaîtes ont fait le même constat samedi. Depuis 18 mois qu'ils vivent dans la peur de voir leur maison rasée (cf le plan papier glacé distribué en juin dans les boîtes à lettres) ou que la Ville prenne leur terrain pour un prix dérisoire (annoncé initialement). Les Vaîtois ont donc besoin d'être rassurés ; on les comprend. Et ils l'ont fait savoir à M FOUSSERET. Tout d'abord en s'exprimant directement mais courtoisement. Et voyant qu'ils ne seraient pas entendus, la moitié de la salle est partie au compte-gouttes discrètement. Ce qui ne fait pas bon effet...

Nul doute que les responsables politiques se poseront la question de savoir s'ils peuvent encore faire patienter longtemps les habitants sur ces questions. Certains points devront d'ailleurs être précisés concernant le prix des terrains : M GRETHER a indiqué que le prix de chaque terrain dépendra de ce qui peut y être construit alors que M FOUSSERET avait annoncé lors des précédentes réunions un prix unique pour tous les terrains de la zone. Nous comprenons que la Ville puisse évoluer sur ce sujet en fonction de la prise en compte de la jurisprudence concernant le droit de l'expropriation et en fonction de la façon dont M GRETHER prévoit de réaliser l'aménagement de la zone. Il serait toutefois souhaitable que M FOUSSERET confirme si n'avoir pas démenti la position affirmée publiquement par M GRETHER vaut acceptation définitive. 

Si le prix de chaque terrain dépend de ce qui peut y être construit ; alors les habitants des Vaîtes doivent comprendre qu'on ne peut pas déterminer aujourd'hui le prix de chaque terrain avec précision.

En revanche, il serait bienvenu que M le Maire fasse une annonce concernant le prix du terrain de manière à rassurer. Nous avons une suggestion à ce propos que vous pourrez retrouver dans l'article qui paraîtra vendredi intitulé les avancées de la Mairie.

La méthode de M GRETHER nous semble bonne : "un projet ne vaut rien tant qu'il n'est pas partagé, il sera élaboré avec tous les acteurs. On commence par comprendre et analyser la situation avec son histoire. On tire observations et questions concernant chaque thème, site naturel, propriété foncière, accès, déplacements, environnement. L'état des lieux aboutit à un diagnostic. C'est long mais nécessaire, j'en suis désolé, mon horizon est la fin 2007. Le projet ne peut pas être parachuté trop vite sinon on crée incompréhensions et conflits". "Nos procédures sont plus longues, les enjeux sont sensibles. L'intéressant ici est qu'on n'est pas dans une extension urbaine mais sur un territoire de la ville avec une tradition, une ambiance, un paysage". "Il y aura 6 ou 7 autres réunions avec vous".

Le porte-parole de l'association Eric DACLIN, le soulignait : "la méthode est la bonne. Mais on a perdu un an, il aurait fallu commencer par là". Et le Président Guy MOUROT insistait : "il faut aller plus vite pour ceux dont les maisons vont disparaître, qu'ils sachent sur quelle indemnisation ils peuvent compter".

Seule ombre au tableau, les derniers mots de M GRETHER ont fait grincer les habitants quand il a annoncé qu'il rendra compte au final à la seule autorité municipale : les élus...

On parle actuellement de participation des citoyens au Conseil des Ministres ; nous, habitants du quartier nous demandons simplement à M le Maire à être associés à la construction de notre quartier. Associés, pas seulement consultés !

Il nous semble naturel que c'est cela la base de la démocratie... participative.

Voir les commentaires

Reunion publique du 4 nov.

4 Novembre 2006, 22:38pm

Publié par Association les Vaîtes

Samedi 4 novembre à 10h M le Maire a invité les habitants du quartier des Vaîtes à une réunion publique.

Sur environ 200 invitations envoyées, 115 habitants ont répondu présent !

M Grether était présent. C'est l'architecte retenu pour l'étude de 12 à 18 mois qui permettra de préciser les conditions de réalisation du projet d'aménagement du quartier.

Qu'est-ce que M GRETHER a annoncé aux habitant ?

Comment les habitants ont-ils perçu cette réunion ? Qu'ont-ils retenu ?

Quels éléments nouveaux M Fousseret, M Loyat et M Alauzet ont-ils annoncé ?

Quelles questions ont été posées et quelles ont été les réponses ?

Vous le saurez en lisant l'article de Yves ANDRIKIAN paru dimanche dans l'Est Républicain, ainsi que le billet d'humeur : le fait du jour !

Voir les commentaires